La DNews éthyllique

41 total views, 1 views today

Ça m’apprendra à faire des blagounettes.
C’est décidé, dorénavant je n’écris plus que des DNews sérieuses.
(en plus mes blagues débiles font peur aux abonnés qui se désinscrivent par grappes, c’est la débandade)
Parce que là non, j’aime l’ironie mais tant va la cruche à l’eau que faut pas pousser mémé dans les orties non plus.

Vous vous souvenez que j’annonçai voilà peu notre projection à la Maison du Tourisme en suggérant, las et d’un air narquois (comme disent les nindiens) qu’il n’y aurait pour tout public qu’une bande de poivrots ?
Le soir venu, j’arrive à la salle, et là stupeur ! mes bêtes dérisions sont devenues réalité…
L’escalier est envahi par une troupe joyeuse et parfaitement ivre de buveurs de bière qui déverse sur les marches, entre rots et pets, beuglements et empoignades, des litres de Kronenbourg (et, je crois bien, de vomi, mais dans la pénombre j’ai préféré ignorer les morceaux).
Bon, j’ai rien contre les ivrognes, en tant que tels.
Mais la bière sur les marches en carrelage de nuit, quand on porte un vidéoprojecteur et 24 bouquins*, un ordinateur et une boîte de DVD…
Ça glisse.
Et le plus pénible, c’est de rincer puis sécher un par un les DVD après les avoir ramassés dans la mare de houblon (et, je crois bien, de vomi, mais dans la pénombre, encore une fois, j’ai préféré ignorer les morceaux).

* pour être tout à fait honnête les 24 bouquins étaient portés par une gentille jeune femme qui m’a aidé et feint de ne pas voir la débauche grenobloise sur les marches qui menaient à ma projection. Merci.

Heureusement que j’ai pu me changer les idées le lendemain dans notre nouvelle demeure, au calme, à la montagne.
Oui parce que, on vous avait pas dit, on a gagné à l’Euromillion, on savait pas faire de tout ce pognon, au-delà de 2 zéros on comprend plus rien nous, alors on a donné la plus grande partie à Bernadette Chirac qui n’a plus rien à se mettre (mais tout en pièces de 20 cents, ça lui fera les pieds) et avec le peu qui restait on a acheté une maison gigantesque à Revel (on voulait Crolles ou St Ismier pour faire vraiment bourgeois voir nouvelle gauche, mais comme on avait déjà acheté un Mac qui m’a ruiné pour 3 ans on s’est dit ça suffira).

Dans nos émois on en a oublié James. Il est toujours fidèle à lui-même : anachronique.
Pour entretenir l’illusion qu’on est de (vieille) gauche on a engagé de faux colocataires (il nous restait encore un peu de sous, et puis ça fait communautaire) qui occupe plutôt bien l’espace et sont très souriants (et en réalité s’occupent du ménage, de laver les couches de Lirio, les tâches ingrates, tout ça, et m’appellent « monsieur », c’est le top). Et donc je me suis remis de mes émotions sur notre terrasse orientée plein sud, la main négligemment posé sur la balustrade de bois exotique massif, le vent faisant onduler mes cheveux et le crépuscule teintant d’or mon regard langoureux alors que j’admirais d’un air abstrait les chevaux du propriétaire s’ébattre dans le pré qui s’étend au pied de notre manoir.

C’est fou comme c’est membré un cheval, tout de même.

Ceci dit ça n’a pas duré longtemps (le repos du guerrier, pas la saillie du cheval, qui elle s’est poursuivie de manière épistolaire si on peut dire) puisque à notre première flambée dans la cheminée, nous avons observé, à nos dépens, que le conduit n’était pas étanche.
Ça a commencé par un léger picotement dans le fond de la gorge.
Puis le sentiment diffus et troublant de voir flou, de ne pas pouvoir faire la mise au point avec nos yeux.
Et cette odeur de feu de bois entêtante.
Delphine s’est redressée, belle, nue, la couette soulignant le galbe de ses seins (je m’emporte un peu, c’est l’émotion et c’est même parfaitement chimérique parce qu’entre les tournées et la petite le sexe n’est plus qu’une vague réminiscence, heureusement que je fais pipi si souvent sinon j’en oublierais que j’en ai une MAIS NON JE DECONNEUH ro la la).
Oui car nous étions en train de faire l….. a lecture à haute voix (espèces d’obsédés) à notre fille, dans notre lit conjugal, lui même adossé au conduit de la cheminée incriminée plus haut.
Faut suivre.
Et là mon aventurière me dit :
« J’suis aussi bourrée que le comité d’accueil à la Maison du Tourisme ou je vois bel et bien de la fumée dans notre chambre à coucher ? »
Faut dire que ça laisse des traces.
Le coup des ivrognes à la Maison du Tourisme, je veux dire.
Et la chute dans les escaliers, surtout.
Bref.
Donc tout ça pour dire que le repos fut de courte durée.
Après il a fallu ramoner.
Mais pour ça on s’est rhabillé.
Quel paradoxe.

Alors pour celles et ceux qui aiment se faire enfumer le soir et réveiller le matin par le piaillement des oiseaux, le piaffement des chevaux, l’odeur de compost et le soleil qui darde de ses rayons sur la forêt verdoyante tralali dim dam doum, le tout avec vue sur la Dent de Crolles et Chartreuse, pour les lettres d’amour, les cadeaux anonymes, les dons, les repas au coin du feu, les randonnées en forêt et les châtaignes-parties, voilà notre nouvelle adresse :

Delphine et Damien Artero
Pré Chabert
38420 Revel

 

C’est la grande maison en pierres au bout du chemin.

Pour les insultes, menaces, gaz moutarde, colis piégés vous pouvez utiliser cette adresse (comme on est plein de ressources nous alors…) :

  • Casier de la Poste, Palais Bourbon,

75355 Paris 07 SP

Téléphone : 01 40 63 74 29

  • 19 Rue du Gouvernement,

02100 Saint-Quentin

Téléphone : 03 23 05 22 66

késséssé ?
Maison (la nôtre) dans laquelle on va passer finalement peu de temps au regard de notre emploi du temps lourd comme un ciel d’orage en Islande.
NOVEMBRE 2010

            Planète.D au Festival du film d’aventure de la Rochelle

 

Le Grand Détour, vol. 3” /// 52 min

Après 1 an et demi de route autour du monde (Amérique du Sud, Pacifique et Asie), Delphine et Damien entreprennent une traversée vertigineuse (et illégale..) du Tibet interdit. Puis rallient l’Inde, d’où ils livrent leur regard interloqué, à peine redescendus de l’Himalaya, momentanément privés de leur tandem. Et enfin, ils rejoignent la France à travers toute l’Europe, de la Turquie à Grenoble en passant par les Balkans, de rencontre en rencontre. Comme toujours sur la Planète.D ce film nous emmène bien au-delà du simple voyage à vélo mais cumule rencontres fascinantes, humour décalé et mises en scène savoureuses.

Bande-annonce : http://www.youtube.com/watch?v=Y4xTImgA2h8

 

Projection dans le cadre du festival

 

“Le Grand Détour”, un tour du monde en 37 photos

Une exposition de 37 tirages sur bâche photographique – formats 60×40 et jusqu’à 115×30 – identifiant 17 des 22 pays traversés par autant d’instantanés colorés de vie capturée et partagée.

Notre propos, c’est de faire voyager…

…par le détail, par la vision, par la couleur.

Visite virtuelle et rapide de l’expo : http://www.youtube.com/watch?v=aaIyL8xyn04

 

>>> du jeudi 18 au samedi 20 novembre 2010 <<<

>>> jeudi 18 novembre 20h débat animé par Damien : « Silence on tourne (en toutes situations) » <<<

>>> vendredi 19 novembre 20h projection du film « Le Grand Détour 3 » <<<

 

Festival du film d’aventure de la Rochelle

Espace Encan – Quai Louis Prunier – La Rochelle
Après quoi votre serviteur sera absent de ses terres grenobloises jusqu’à mi-janvier… (y’a du pain sur la planche pour vous présenter le film sur l’Islande l’an prochain alors j’opère une retraite dans ma Normandie natale pour travailler ; là-bas au moins, la platitude des paysages que de toutes manières on ne voit pas à travers le rideau de pluie évite qu’on soit détourné de sa tâche…) avec tournées Peuples et Images à la clé.

Olé.

ps : à tout hasard, quelqu’un serait tenté de venir faire le/la babysitter en Islande l’été prochain ? si il s’avère qu’il faut garder Lirio pendant que nous on trime comme guides de treks à vtt…

Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.