JEÛNE, témoignage [1]

169 total views, 7 views today

Alors que mon film LA MARCHE SANS FAIM connaît un démarrage très positif, pour mon plus grand bonheur et celui de mon partenaire de choc, protagoniste et ami Florian, je publie par épisode le récit de ma première expérience du jeûne. Il y aura eu un avant et un après jeûne dans ma vie comme il y aura eu un avant et un après LA MARCHE SANS FAIM

Damien Artero

Jour 1 : buffet de hors-d’oeuvre

Un rayon se faufile par une crevasse dans le bois du volet.
C’est un beau rayon. Épais, d’un jaune lourd et dansant, oui dansant parce que dans son faisceau, les poussières vont la gigue, elles sont comme étourdies. Ou bien c’est une valse, languissante, énamourée. Langoureuse. Un tango, mettons, oui. Voilà. Le tango des poussières mordorées agitées par l’astre diurne qui arrose le petit village de La Motte Chalencon dans la Drôme et vient taquiner mon œil.
On le reconnaîtra, je n’ai pas les idées très en ordre, et si elles sont fournies, elles s’agitent comme les poussières dont j’admire les pas de deux, pourtant je me sens bien.
Mon premier jour de jeûne commence.

Non, ce n’est pas le premier – décidément, mon esprit cultive l’anachronisme. Depuis vendredi, déjà, je ne prends plus de nourriture solide, et depuis lundi passé j’ai entamé ce qu’on appelle techniquement une descente alimentaire – une suppression progressive de nourriture. Nous sommes dimanche, donc voilà plus de 48 heures que mon organisme n’a reçu que du liquide. Cela explique, me dira-t-on au petit-déjeuner (sic !), les rêveries parfaitement saugrenues et tintinnabulantes dont j’ai été la proie cette nuit : mon corps entame sa détoxication, et cela crée du remue-ménage jusque dans mon cerveau. Les premières fois, ce sont de multiples scènes de guerre burlesques qui s’invitent dans mes songes, puis ce sera, les nuitées suivantes, d’abord un plat de saucisses viennoises végétariennes et ensuite la cohorte des personnages de mon enfance scolaire, peuplant une ville haussmanienne austère, certains me saluant, d’autres affectant de m’ignorer alors que je déambule par les avenues dures, froides et anguleuses. Le mot est lancé, cette semaine, je n’éliminerai pas que des toxines mais sans doute pléthore de mauvaises pensées, de stress et de peurs enfouies, tout en rechargeant mon système nerveux. Un tri, en somme, s’opère déjà à la fois au cœur de ma chair et au sein de ma psyché.

L’éveil corporel au cours de ce jeûne est constitué de tisanes et/ou de jus de pommes dilué dans de l’eau. Beaucoup d’eau.

Je ne suis pas le seul qui expérimente ce feu d’artifice imaginaire et inconscient. Autour de la table, dans la salle commune, les échanges s’éparpillent sur la nuit agitée que, semble-t-il, tout le monde a partagée. La plupart ont pris leur purge hier soir, en arrivant – précaution que j’avais mise à exécution la veille déjà, sur les conseils de mon amoureuse et naturopathe, Sarah. C’était le gage de rebondissements nocturnes de tous ordres, mais la bonne humeur prévaut.

Nous avons tous rejoint le petit village endormi à la fin d’après-midi précédente. Le séjour de jeûne est organisé par la famille Bölling, dont la fille, Nicola, nous a accueilli avec beaucoup de chaleur. Elle arbore ce matin, pour égrener les étapes de la journée à venir, le même visage bien-heureux, le même sourire simple de contentement profond, qui ornait son visage voilà 20 heures lors de notre débarquement. On la sent douce et observatrice, son regard allant des uns aux autres en un ballet continuel, humble aussi quand également elle le baisse sur ses mains nouées devant son buste. Parfois elle cherche ses mots, comme pour trouver les plus justes, toujours, et du coin de ses yeux rieurs jaillissent en étoile de délicates ridules qui gravent la joie dans ses traits. Elle me semble très pédagogue, expliquant par le menu à sa menue cohorte de jeûneurs – lesquels pour la plupart, moi le premier, sont totalement béotiens – toutes les manifestations auxquelles s’attendre.

« Buvez en abondance, de l’eau pure, jusqu’à 3 litres par jour. Ne soyez guère surpris si une légère tachycardie vous saisit parfois la nuit, alors que l’élimination s’opère dans votre organisme à son paroxysme et que donc il fonctionne et fait oeuvrer ses organes émonctoires à plein régime. Levez-vous doucement le matin, par étape, d’abord assis au bord du lit, puis debout quand tous les signaux sont au vert – épargnez-vous de perdre connaissance parce que vous vous êtes précipités sous la douche en croyant bien faire… Dans la journée, n’hésitez pas à faire appel à moi, si vous avez des mots de tête, si vous avez un coup de mou, j’aurai toujours dans ma besace du miel, de l’huile essentiel de menthe, ou quelque autre tonique pur et léger pour vous accompagner dans les phases un peu incommodantes du jeûne. Et souvenez-vous bien que vous offrez là à votre corps un repos plein, vrai, authentique et complet : notre corps sait jeûner, depuis des millénaires que nous sommes humains, nous avons toujours vécu des périodes de jeûne. Finalement ce n’est que récemment dans l’histoire de notre civilisation que l’alimentation permanente – pour ne pas dire, désormais, excessive – s’est mise en place et qu’on a perdu le sens, la sensation et la culture du jeûne. Donc ces désagréments, ne nous le cachons pas, vont survenir, mais ils constituent autant d’étapes normales et acceptables dans un processus plus vaste qui vous permettra de vous purifier, de vous régénérer, et de repartir après une remise à zéro salutaire de votre métabolisme. »

A défaut de tout aliment solide, nous buvons ses paroles, et de la tisane douce, à grandes lampées. Les échanges fusent, pleuvent les anecdotes et les paroles d’encouragement. Il est beau d’observer comme, en quelques minutes déjà, la perspective d’affronter une expérience tout à la fois pénible et transcendantale a-t-elle uni les membres épars de ce groupe nouvellement constitué sous l’égide d’une solidarité tacite. Il y a bien quelques regards ternes d’appréhension et des moues de scepticisme, que je cueille au vol de-ci de-là en étudiant mes congénères, mais le phénomène reste éphémère et marginal. Non, vraiment, étonnamment, la perspective de ne rien manger et d’en baver un peu pendant une semaine semble rassembler tout ce petit monde dans un bel enthousiasme. La vie est étonnante.

« Observez bien votre fonctionnement », poursuit Nicola. « Est-ce que la sensation de faim persiste ? Si oui, peut-être la purge n’a-t-elle pas été efficace, auquel cas il reste de la matière alimentaire dans votre appareil digestif et il réclame la continuité de son rythme habituel. Par opposition, lorsque vous aurez véritablement enclenché l’entrée en mode d’auto-restauration, vous verrez que la faim disparaît. Vous serez certes plus ralentis, puisque votre corps puisera non plus dans la nourriture mais dans ses propres réserves, mais vous fonctionnerez néanmoins, et sans souci. Contrairement à certaines assertions, dans le milieu médical par exemple, la privation qui induit cette auto-restauration ne consomme quasiment que des graisses, et presque pas de protéines, donc vous n’allez pas attaquer vos muscles et vous auto-digérer jusqu’à être famélique ! La perte de poids conséquente est d’ailleurs proportionnelle à votre corpulence : plus vous êtes enrobé, plus vous allez mincir. Mais vous ne perdrez, pour ainsi dire, que de l’eau et du gras. »

Magda, une polonaise douce et calme, dont le regard brille pourtant de détermination et qui en est à son 4ème jeune, mariée à un français, pose la main sur la cuisse de celui-ci et lui glisse, assez doucement pour être comique et assez fort pour que tout le monde l’entende cependant : « Denis, on a bien fait de s’engraisser tout de même. » Le bonhomme acquiesce : il dégage l’air de contentement sobre d’un moine gentil, et sa tonsure partielle appuie le portrait. Lui aussi, il connaît la chanson : troisième expérience et depuis la toute première, il a pu dire adieu, nous raconte-t-il, à ses médicaments contre l’hyper-tension, à la grande surprise conjointe de son cardiologue et de son médecin.

Je dois ici faire état de mon expérience, ou de mon inexpérience, plutôt, en la matière. Si j’ai déjà expérimenté la privation de nourriture pendant trois jours durant, avec ou sans purge à la clé, ce jeûne d’une semaine est le premier de ma vie. Néanmoins, il fait sens à plus d’un titre.

D’abord, je pratique l’alimentation vivante depuis plus de 8 années et dans ce contexte mon rythme alimentaire a vite migré vers le jeûne intermittent, c’est à dire des prises alimentaires réparties entre 11 heures du matin et 17h le soir, en temps normal, mais rien autrement. Comme de plus je pratique des sports d’endurance – le trail, le ski de randonnée, le vtt… – j’ai également une assez fine connaissance du comportement de mon organisme dans l’exercice physique, parfois poussé, sans, ou avec peu, d’alimentation.

Ensuite, je suis auteur-réalisateur indépendant de films d’aventure, lesquels sont toujours plus ou moins prétexte à creuser tel ou tel sujet de société qui m’anime, et après une petite expédition à fatbike sur les volcans du Nicaragua tout en investiguant sur le végétal cru, je fomente un film dans les Montagnes Rocheuses pour suivre un aventurier contemporain qui a entrepris de les traverser à pieds sans manger…

En Bref
La Marche Sans Faim est le pari incroyable mais très réfléchi de Florian Gomet, auteur, grand voyageur, hygiéniste et sportif accompli. Florian part marcher en autonomie 360 kilomètres à travers les Mt Mackenzie, au Canada, sur la Canol Trail, un des treks les plus reculés au monde, et ce sans manger. Il veut montrer les aptitudes naturelles inouïes du corps humain et tourner l’aventure, et l’exploration, vers l’infini de l’intérieur. Adepte du minimalisme, Florian part sans réel équipement de montagne et marche en sandales, voire pieds nus : ce n’est pas de l’inconscience mais l’aspiration d’aller à l’essentiel. Il prend le pari que ses besoins vitaux peuvent être satisfaits, pour la plupart, sans artifice ni outil, par la force de l’esprit, son harmonie avec le corps et la rigueur dans la préparation ce dernier.

https://tinyurl.com/lmsf-lefilm

« WOW !
Je viens de finir le film et je suis scotché !
Le fond comme la forme sont top-niveau !
J’adore le montage, le rythme, la progression, le sens de la musique et de l’ambiance…
Sur le fond, un plaidoyer clair et puissant ! Et les séquences à la clinique sont un vrai game-changer !
Cette alchimie entre aventure sauvage et appui scientifique, c’est une sacrée réussite !
Je n’imaginais pas que les conditions seraient aussi rudes ! C’est vrai qu’on est pas loin des premiers explorateurs…
Je suis ravi d’avoir pu contribuer à la mise au monde de ce beau bébé, et maintenant longue vie à lui !
Bravo et merci à tous les 2 ! »

Simon, chanteur

Enfin, d’un point de vue personnel, et ce malgré le ralentissement alimentaire important que le cru végétal ma permis d’observer, je persiste à ressentir clairement que je me sur-alimente une partie du temps et je suppute qu’un jeûne peut m’apporter un supplément de détachement mental vis-à-vis de la nourriture.

C’est donc avec un œil relativement neuf et candide que j’observe, une semaine durant, les effets du jeûne sur mon organisme et celui de mes camarades. Au matin, Sarah, ma naturopathe d’amoureuse, prend diligemment ma tension, laquelle baisse régulièrement au long des premiers jours pour se stabiliser ensuite. Cela corrobore la sensation globale d »un bien-être ralenti, doucereux, comme de se mouvoir dans une eau qui entrave légèrement nos gestes et les appesantit. Promptement, mon ventre se creuse modérément, et j’effectue également le suivi de mon poids, tout en gardant en tête une réalité simple : j’ai un gabarit sec – 63 kilos pour 1 mètre 78 – et donc, en vertu des explications de Nicola, je ne vais pas fondre énormément. Mais déjà au second jour, la balance indique quelques kilos de moins. Là aussi, une stabilisation se met en place après un petit temps de démarrage.

Intellectuellement, un semblant de paradoxe survient pour ainsi dire tout de suite : les phases d’envie, pour ne pas dire de besoin de sommeil, sont de plus en plus fréquentes et jaillissent tout au long de la journée sur la scène mentale du jeûneur, comme autant d’injonctions fermes du cerveau à se retirer dans sa loge ; pourtant, en parallèle, les idées fourmillent et la créativité s’intensifie alors même que la nuit il devient bien délicat de s’endormir – voir complètement impossible vers la seconde moitié de la semaine.

Lors de l’un de nos premiers échanges, Victoire me renseigne sur ce point, que Nicola appuiera ensuite dans une explication assez intuitive.

« On imagine que jeûner va nous faire dormir comme des loirs. On l’espère sans doute aussi, parce qu’ainsi la semaine passerait bien vite ! Bien au contraire. L’énergie libérée par l’absence de tout travail digestif est considérable. Selon certaines sources modérées, elle constitue 10% de l’énergie globale du corps mais on dit souvent que cela s’élève à 30, voir 40%. »

NICOLA, ACCOMPAGNATRICE JEÛNE ET RANDONNÉE

Le quidam commun l’observera sans doute, nos repas contemporains nous causent, eux les premiers, ralentissements conséquents et fortes somnolences – en clair, perte totale d’énergie. Je trouve donc assez pertinent les théories ici avancées. Victoire semble s’en amuser, elle a un rire sonore et franc qui cascade d’un coup, et des yeux hypnotiques qui vous fixent avec une pétillante concentration. C’est son 4ème jeûne, toujours ici, chez les Bölling – une fidèle en somme, un pilier de comptoir de la privation alimentaire pourrait-on dire. Comme elle le dit elle-même, elle s’est organisée avec ses enfants pour venir.

« Tu comprends, cette fois-ci je compte jeûner trois semaines. Dans le rythme habituel du travail et de la vie de famille, c’est impossible de démarrer correctement un jeûne. », affirme-t-elle.
Mère célibataire avec ses petits à charge tout le temps, elle reconnaît mener un mode de vie foncièrement imparfait pour ne pas dire passablement nocif par moments. Mais elle a aménagé beaucoup de changements fort salutaires déjà, dans son alimentation en particulier. Le jeûne est pour elle une porte d’entrée, renouvelée, ponctuelle, chaque fois vers un stade amélioré d’hygiène de santé.
« Donc là, je fais ma première semaine ici, ça me fait un tremplin, puis je rentre, je reprends ma vie, mais je reste sur ma lancée. »
Et de marcher d’un bon pas sur les sentiers de randonnée que nous emmène parcourir Nicola. Ils s’encorbellent à qui mieux-mieux autour des collines environnantes, offrant tour à tour des vues plongeantes sur gorges taillées dans la roche ou lacs étincelants, ou des ouvertures éthérées par-delà les cimes poudrées par un hiver tumultueux, vers un ciel étonnement limpide et bleu comme une estafette de gendarmes.

Trois semaines… cela me laisse rêveur. Non pas tant du point de vue de la capacité – car j’observe bien que mon corps n’est pas du tout dans l’agonie, le rejet ou la lutte que nombre d’ignorants en la matière on bien voulu me faire croire, parfois même sous le prétexte des meilleures intentions ou de la plus grande considération. Non, c’est plutôt je crois affaire d’envie. Manger est un tel plaisir que, me vendrait-on tous les bienfaits du monde, aurai-je véritablement envie de jeûner si longtemps ?
« En même temps… », glisse Victoire avec un sourire espiègle et un regard à mon amoureuse et moi, « vous mangez déjà tellement sainement depuis si longtemps, on se demande ce que vous faites ici ! ». Sarah s’en amuse mais l’explique simplement : pour nous, le jeûne est un complément naturel à une hygiène globale. C’est à une tournure prêt le discours du docteur Coudron, dans une entrevue clair et exhaustive sur les jeûnes qu’il encadre en complément de son activité de médecin généraliste et de professeur de yoga : avec la gestion du stress, l’alimentation, l’exercice physique et pourquoi pas, la méditation, c’est une pièce dans le puzzle d’un véritable art de vivre.

« Jeûner thérapeutiquement signifie renoncer volontairement, sur une durée déterminée, à ingérer une nourriture solide, de préférence sous contrôle médical, entouré de sécurité, chaleur humaine et de compétences attentives. Vous pouvez ainsi renforcer vos défenses immunitaires, stimuler vos mécanismes d’autoguérison, traiter moult maladies chroniques et, de manière plus générale, gagner en vitalité et bien-être. »

clinique du jeûne Wilhelmi-Buchinger

« Ce n’est pas seulement, voir pas du tout, un acte curatif face à une situation ponctuelle, unique. C’est un geste que j’imagine répéter chaque année dans le cadre de ma gestion sur le long terme de ma santé. »
Sarah est ainsi, hygiéniste dans l’âme, rigoureuse et jusqu’au-boutiste. Sans elle, je ne peux pas affirmer que j’aurais franchi le pas, tout convaincu et intéressé que j’étais depuis longtemps, et malgré le désir avéré de vivre l’expérimentation. J’observe d’ailleurs qu’une belle proportion de notre assemblée est faite de couples. Parmi lesquels, à l’unanimité quasiment, les hommes reconnaissent avoir suivi leurs conjointes. Nicola m’explique que c’est une nouveauté pour elle, malgré ses années d’expériences dans l’encadrement des jeûnes.

« D’ordinaire, ce sont des personnes seules que nous accueillons. Et d’ailleurs, mes parents ont ajouté, il y a des années de cela, à notre petit guide de la préparation au jeûne avant de venir, la recommandation suivante : surtout, n’en parlez pas à vos proches… dites que vous allez randonner, ce qui est authentique, mais ne dites pas que vous allez jeûner ! »
Je m’amuse de ce franc-parler, et Victoire renchérit tout en décochant d’enthousiaste coups de talon au chemin – c’est qu’on peut jeûner tout en marchant d’un bon pas, surtout les premiers jours, alors que se consomment les réserves stockées par l’organisme.

« C’est préférable, en effet. La plupart du temps, tes proches sont ignorants en la matière et ils ne feront, si tu leurs dévoiles ta démarche, qu’exprimer par mimétisme les peurs relayées par l’opinion publique, laquelle n’en sait rien non plus. Les médecins les premiers, dans leur ensemble, condamnent le jeûne et effrayent les patients à son sujet. »

Certains individus perdent en effet le courage de venir une fois confrontées aux harangues des parents qui se font du souci mais l’expriment bien maladroitement, et souvent avec une virulence peu à propos. Je reconnais là un phénomène classique que ma relative marginalité m’a fait endurer nombre de fois. Je m’amuse donc de la recommandation par le moins audacieuse du couple Bölling mais l’approuve derechef en sirotant un peu d’eau. Au retour, quelques heures plus tard, avaler deux verres de jus de légumes grandement dilué me semblera un réel délice et y ajouter un jus de citron et pommes (dilué également) me fera l’effet d’un repas…

Alors que nous plantons nos crampons dans un argile détrempé par les pluies récentes pour nous hisser sur une colline pelée, je me remémore différentes expériences menées sur mon alimentation végétale crue dans le cadre d’efforts sportifs et physiques intenses. Et je reconnais que ce jeûne m’amène naturellement à gérer les gestes les plus simples du quotidien avec la parcimonie et la vision de gestionnaire qui précédemment m’auront permis de courir des dizaines d’heures en montagnes avec une alimentation sobre à l’extrême. Cette fois-ci, plus de nourriture du tout. Se lever, se vêtir, se laver… tout est devenu sujet à caution et précaution. Sans verser dans un discours alarmiste, puisque le bien-être est préservé, j’observe bel et bien que mon métabolisme doit finement négocier la trajectoire. J’ai toujours eu une relation de forte proximité avec mon corps et cette expérience ne fait que la renforcer, aussi m’en trouvé-je réjouis.

Le sentier a gravi une dernière pente herbeuse gorgée de boue avant de se stabiliser parmi de rares conifères qui tendent leurs cônes vers le soleil. Nicola instaure une pause sieste et vitamine D. Je l’accueille volontiers : le cerveau, manifestement je l’ai dit, appelle à plus de moments de débranchement que de coutume pour compenser la non-alimentation. Comme autant de petits moutons, nous nous lovons sur l’herbe sèche et fermons les yeux, attentifs au rythme interne de nos carcasses. Il y a, c’est indéniable, une forme de griserie à se sentir ainsi affranchi du rituel alimentaire ; à se sentir vide et propre de l’intérieur, léger. L’expression de repos digestif semble tout à fait idoine, et même c’est un euphémisme, car le sentiment qui m’habite alors est d’offrir des vacances dûment méritées à mes entrailles. De vraies vacances, totales et profondes.

Je souris doucement aux nuages.
« En rentrant, je ferai un lavement. », me dis-je.
Et je m’endors.

MES STATS PENDANT LA SEMAINE
(poids de forme : 63 kilos depuis mes 20 ans)
poids : 63 / 60 / 59,9 / 59,9 / 60,1
tension : 12,6 / 12,1 / 10,6 / 11,5 / 10,9 / 11,7
heures marchées-courues: 3-0 / 2h30-0 / 0-1 / 3-1 / 3-1 / 2-0

[épisode 2]

Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

3 thoughts on “JEÛNE, témoignage [1]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.