Mots De L. n°7671

 

Par-dessus l’enceinte du cimetière me parvient le conciliabule de mes deux filles. Elles jouent à se maquiller avec des pailles et un pinceau. « Mais pour de faux », me précise toujours Luce.
« Ouah, trop classe ces paillettes.
– Tenez, de la citronnade.
– Non, madame, moi je prendrais un café.
– Tu peux pas boire un café. T’es un animal.
– Ouais, on dirait que je suis ton p’tit animal de compagnie.
– Non, en fait t’es ma meilleure copine on dirait.
– Ok. Alors passe-moi le café.
– Mais je t’ai dit, tu peux pas boire de café.
– Bin si, maintenant que je suis ta super copine, et on dirait que comme je suis ta super copine alors on dirait que t’es super d’accord.
– Ok. Tiens, ton café.
– Ouah, trop classe ces paillettes.
– Ouais, j’adooore ce bleu. »
Comment ne pas être conquis par ces petites femmes ?
« Je voudrais voir le vrai Jésus. »
Rappelons-le, les sépultures sont nos hôtesses.
« Celui de la statue avec la croix.
– Il est mort depuis longtemps.
– Ah. Et il est toujours comme ça sur sa croix ?
– Oui.
– C’est dommage parce qu’il peut pas faire de câlin à son papa.
– C’est sûr.
– Ohhhh, c’est dommage. »
J’interviens par dessus le muret.
« Il paraît qu’il n’en a pas.
– Pourquoi tu dis ça, Papa ?
– Les gens qui croient en Jésus pensent qu’il est né d’une maman mais qu’il n’y avait pas de papa. Qu’il est arrivé tout seul dans le ventre de sa maman.
– Sans la petite graine du papa ?
– Sans la petite graine du papa.
– Sans que le petit zizi il va poser la petite graine ?
– Sans que le petit zizi il aille poser la petite graine ?
– C’est bizarre leur histoire.
– Le vrai mot pour zizi, c’est pénis, vous vous souvenez ?
– Mais…
– Oui Luce ?
– Mais le vrai Jésus, il doit avoir un papa, un bébé ça a une maman et un papa.
– Normalement oui. Mais parfois on aime bien se raconter des histoires un peu magiques.
– Comme le père Noël. Ou la petite souris ?
– Oui.
– Mais un bébé ça a deux parents. Et après… »

 

 

« Oui Luce ?
– Après le bébé il griffe avec ses ongles pour sortir.
– Idéalement, non. Heureusement pour les mamans.
– Et les méchants qui ont mis Jésus sur sa croix, là, ils peuvent nous tuer ?
– Les Romains ? Non.
– Ils sont où les clous ?
– Là. Là. Et là.
– Et les Romarins pourquoi ils ont cloué Jésus ?
– Les Romains ?
– Oui, je me suis mal exprimé. Mal exprimé, ça veut dire que on a dit quelque chose que on voulait pas dire.
– Exactement, Luce. Eh bien, Jésus donnait des idées aux gens. Et les Romains n’aimaient pas ces idées, et ils n’aimaient pas non plus, sans doute, que les gens aient des idées, d’ailleurs.
– Ah. Ils auraient pu remercier Jésus pour les bonnes idées quand même.
– Certes.
– Au lieu de le laisser mourir sur sa croix comme ça. C’est triste ça. Nous on est pas triste. Quand Lirio elle chante on rigole comme des baleines nous. »

Ce même midi, Lirio improvisait une chanson à hoqueter de rire sur un magicien et sa femme, qu’il faisait disparaître par erreur puis implorait de voir réapparaître.

« Quand même nous on se fait rigoler par des blagues.
– C’est mieux, hein Luce ?
– Ah bah ouais, ça c’est sûr. »

 

[extrait de ‘La tribu de Noël‘]

Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.