SE SENTIR CONCERNÉ

65 total views, 1 views today

Plus d’images du vélo cargo ici.

LE BON SENS EN ACTION


Entre trajet à vélo pour les petites sous la pluie (merci les chéries pour votre endurance), footing dans la forêt détrempée et bain froid, je fais halte chez un couple d’épiciers – oui, j’avais la possibilité d’aller au magasin bio 6 km plus loin, mais je savais que les kakis étaient bien plus mûrs chez l’épicier, je ne suis pas le parangon de cohérence qu’on peut imaginer. Et là, les boules…


L’épicier m’interroge sur mon vélo cargo et mon équipement, circonspect devant ma volonté de pédaler dans le mauvais temps été comme hiver. On parle engagement, écologie, bio (qu’il n’a pas…). Il est sympa. Déconnecté d’une certaine réalité, il me dit « Franchement bravo, parler avec des gens comme vous qui se sentent concernés, ça m’intéresse. Bon moi je suis pas concerné, mais je trouve que c’est bien ce que vous faites. »


PAS CONCERNÉ ???


Mais agir au quotidien pour mon bien-être, celui de mes proches, ma place dans la nature, mon impact environnemental et ma consommation, ce n’est pas une question de goût – punaise. Si notre société de con(sommation) a réussi à tout foutre en l’air en un siècle, c’est AUSSI parce que seulement une minorité seulement a bien saisi que TOUT LE MONDE est CONCERNÉ.
Alors j’ai parlé en toute sympathie avec le charmant épicier, tout en disant ce que j’en pense. Et ça me navre de prendre conscience, dès que je sors de mon petit univers de bobo con-cerné, que la majorité des gens pensent encore que l’écologie c’est une affaire de choix, de libre-arbitre, une lubie qui concerne certains mais pas d’autres. Alors que, comme la liberté, la fraternité, l’égalité, c’est une notion abstraite globale humaniste (et pas que) dans laquelle nous baignons tous jusqu’au cou désormais… et la noyade a commencé.


DE QUOI ÊTRE REFROIDI…


J’ai donc médité cela pendant 1h30 de footing humide puis dans ma cuve de récupération d’eau de pluie à 8° (très brève méditation ce matin je le reconnais…). Mais pourquoi courir sous la flotte et se tremper dans une cuve glaciale hein ? et pourquoi depuis bientôt deux ans ne pas prendre de douche chaude ? Pour faire l’intéressant et raconter ma vie sur FB ? Non. Même si ça marche (la preuve).


Parce que se confronter à des conditions rudes réveille mon corps animal, parce que je ressens le gain de vitalité, parce que mes émotions et mes sensations dans ces moments hors de ma zone de confort me font me sentir vivant. Si en plus cela permet que ma consommation d’eau soit 10 fois moindre que celle d’un français « normal » alors je gagne sur les deux tableaux. Je m’occupe de moi, de mon moi abstrait et de mon moi animal et concret, et je me donne une place qui a du (bon) sens dans le monde.

Comme dit Lirio :

« Je veux être heureuse pour pouvoir donner de l’heureusité à tous les gens ».

Lirio


DONC MES FILLES ET MOI…on vous souhaite de cultiver votre bonheur personnel et collectif, d’aiguiser votre bon sens, de vous sentir concernés et d’agir !


PAR QUOI VOUS SENTEZ-VOUS CONCERNÉS ?


BON SENS ET VIE COLLECTIVE https://tinyurl.com/autarcies-lefilm
BON SENS ET JEÛNE https://tinyurl.com/lmsf-lefilm
BON SENS ET ALIMENTATION https://tinyurl.com/tuani-lefilm
BON SENS ET SÉPARATION https://tinyurl.com/partisaupetitbonheur

Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.