Why, oh ! … why ?

Au retour d’un petit footing, ruisselant alors que je sors de ma cuve de récupération d’eau de pluie (bien commode pour les bains froids à domicile) et que je m’apprête à faire mon yoga, je repense à la vidéo captivante que j’ai découverte hier – Simon Sinek, « Start with why », TedX – et je me dis que ça me ferait du bien de remettre à plat mon « pourquoi ? » personnel. Pourquoi Planète.D ? Pourquoi des ateliers de CRUsine ? Pourquoi ce mode de vie ? Pourquoi cela fait sens et pourquoi j’y crois ? Je vous propose de lire ça et de me dire ce que cela éveille en vous…

Pourquoi Planète.D ?

Je fais mes films parce que j’aime les beaux personnages et les belles histoires qui ouvrent une réflexion sur comment mieux vivre, mieux être et moins avoir ; je fais mes films parce que j’aime les aventures et les périples qui ouvrent sur de nouvelles contrées, d’autres cultures, d’autres perspectives et points de vue ; je fais mes films parce que j’aime partager ces ouvertures, ces émotions, ces rires et ces péripéties avec un public – cela n’aurait guère de sens de les garder pour moi…

« Tuani » a été mon premier film mêlant ma vision de l’aventure à mon paradigme alimentaire
Sur le tournage de mon film consacré au Vercors et au fatbike « Pneus Hiver Obligatoires« 

Enfin je fais mes films parce que l’image et la musique me touchent beaucoup, j’y suis très sensible.

Mon dernier film « La Marche Sans Faim » qui repose à 90% sur la musique fascinante du groupe *shels avec qui j’ai procédé à un échange et à qui j’adresse toute ma gratitude

Je formule chaque fois le vœu que mon travail va faire du bien, tout simplement !

Pensez-vous que c’est là une raison valable pour l’existence de Planète.D ?

Moi oui !

L’intégral de mes films à ce jour est disponible .

Pourquoi DS CRusine ?

Historiquement, la demande en ateliers de crusine est arrivée alors que mon film sur Irène Grosjean, « Journal d’une transition alimentaire« , suivi de l’interview d’elle par Le Chou Brave, la propulsait sur le devant de la scène – des centaines de milliers de vues sur YouTube… Frustrés de se casser les dents chez Irène, nombre de gens faisaient, déjà à l’époque, l’amalgame entre moi et le secrétariat d’Irène – voire entre moi et Irène elle-même… Un jour, un appel téléphonique anonyme fit tilt : « Damien, pourquoi ne viendrais-tu pas toi nous enseigner la crusine d’Irène ? on meurt d’envie de s’y mettre… »

Je consultai alors ma Papesse du cru qui applaudit des deux mains à l’idée que je puisse transmettre son enseignement tout autour de l’hexagone et ailleurs. Mes « Petits ateliers de crusine avec Damien » étaient nés.

Quand j’ai rencontré Sarah, mon amoureuse – c’est à dire quand j’ai eu le coup de foudre pour cette bombe brillante, d’un talent incomparable, et d’un tempérament sulfureux pour ne pas dire volcanique, mais je m’égare… – il est apparu évident de donner ces animations ensemble, Sarah étant hautement qualifiée en la matière et ayant déjà mis la main à la pâte dans ce domaine.

Rencontre avec mon phénomène Sarah… que vous pouvez retrouver sur son blog

Mais trêve de compte-rendu à destination des curieux et des mordus.

Donner des ateliers de CRUsine fait totalement sens à mes yeux car :

  • cela répond à une demande forte !
  • cela véhicule des outils de base et/ou élaboré pour une bonne santé naturelle et pour une alimentation à l’impact environnemental fort appréciable – il s’agit là de mes convictions et croyances, notion que je développe plus bas, mais que j’ai également étayées dans maints articles sur ce blog…
  • cela relève d’une activité sociabilisante et d’un partage de bons moments sains et gourmands à la rencontre de nouvelles gens tout en plantant des graines…
  • cela me permet un revenu complémentaire et je n’ai aucun problème avec le fait de gagner de l’argent en donnant une prestation d’animation qualitative qui correspond aux critères que je viens de lister !
Découvrez le détails de nos ateliers ici.

Pourquoi ce mode de vie ?

Plutôt que développer une réponse, je préfère rappeler et redéfinir le-dit mode de vie. Je me propose de le faire par la liste de mes croyances qui le façonnent :

  • Je crois en un habitat bioclimatique, passif ou presque, conçu pour le bien-être et la simplicité et avec des matériaux nobles, propres, sains et beaux. J’y crois parce que ça fait sens, que ça me procure de la joie et que ça définit à mes yeux ma juste place dans l’univers.
  • Je crois en la vie communautaire, partagée, je crois en la tribu. Je pense que l’humain est par essence tribal, familial, social. J’aime être seul et en jouis régulièrement mais je ne voudrais jamais vivre sans vous !
  • Je crois en la vie rurale ou pseudo-rurale, près d’une nature préservée. L’agglomération citadine me semble être une aberration anti-physiologique née de la centralisation et de l’essor démographique (est-ce un mal nécessaire ?).
  • Je crois en la famille – qu’elle soit recomposée, alternative, multiple peu m’importe, je parle là du lien d’amour, de bienveillance, de soutien qui unit les gens qui s’aiment, font des enfants et les élèvent – au sens premier du terme.
  • Je crois également fort que les activités suivantes m’apportent du bien-être, de la vitalité, de la joie et de la santé : courir le plus simplement vêtu dans la nature, marcher pieds nus, jeûner, me baigner dans l’eau froide des lacs et des torrents, me brosser la peau, faire de la gym ou du yoga, pédaler, skier, sauter… en un mot faire plein usage du potentiel du corps, cette machine merveilleuse qui est mon premier et sans doute meilleur ami.
  • Je crois totalement en une alimentation végétale non transformée pour satisfaire tous mes besoins physiologiques et entretenir ma santé !

Et je ne me contente pas de croire : j’observe par l’expérience et le quotidien, depuis une décennie, que mes postulats de base se vérifient pas mal, jour après jour. Il y a certes des errements, des ajustements, des échecs aussi – mais globalement, je chemine sereinement et vers toujours plus de bien et de bon. C’est là tout le mal que je vous souhaite…

Bande-annonce de notre série sur le bonheur après une séparation :
« Partis au petit bonheur…« 

Moralité ?

Tous mes travaux – mes écrits, mes images, mes créations – sont à la convergence de tout ou partie de cette toile de valeurs qui m’animent. Je ne crois guère à une vie bipolaire, qui dissocie un travail alimentaire de l’assouvissement amateur des passions. Voilà encore une croyance ! Je crois que pour être bon dans une discipline, il faut pouvoir s’y adonner pleinement. Cela ne signifie pas tout le temps, mais dès que vient l’envie, l’inspiration, l’élan – le « drive » dirait les Américains… Il m’est donc naturel, quand bien même cela deviendrait parfois confus pour certain(e)s, de mêler d’une part mes valeurs et mon mode de vie et d’autres part les créations par lesquelles je soutiens les premiers – vous me suivez ?

Formulé différemment, il me semble naturel que les écrits que je vous propose, les films, animations, supports que je vous vends, soient les incarnations et les prolongements des principes mêmes que je mets en application dans ma vie personnelle. Cela relève pour moi d’un besoin et d’un vœu de cohérence.

On peut s’envoyer en l’air ou se mettre la tête à l’envers et rester à-peu-près cohérent…

Tous mes travaux – mes écrits, mes images, mes créations – sont à la convergence de tout ou partie de cette toile de valeurs qui m’animent… Voilà POURQUOI je fais tout ça ! Et j’ai l’impression que ça tient la route. Pas vous ?

Je lirai vos réponses avec intérêt ci-dessous 🙂
de m’avoir lu…
Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

One thought on “Why, oh ! … why ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.