DNews 0

Alors, c’est la veille du jour j… comment vous sentez-vous ?

D.2 : Difficile à dire… Déjà nous avons été malades, tous les 2, pendant une semaine. Après le stress accumulé ces derniers temps, nous sommes remonté en Normandie voir ma famille adorée, et là pfuit ! le contre-coup ne s’est pas fait attendre : dorlotés, nous nous sommes complètement relâchés, détendus, et paf ! on a chopé un virus… grippe intestinale pour Delfe, grippe-rhume-gastro pour moi. Super.

D.1 : Et bien, je me sens extrêmement excitée, un peu de peur mais le sentiment qui domine est bien une très forte envie d’être demain, sur la route, au bivouac…pourtant il y a encore une semaine, entre deux nausées et montées de fièvre, je me sentais bien incapable de me lancer dans l’aventure…Finalement, la forme physique revenant, le moral suit et cette fois-ci je me sens prête. Sans compter nos problèmes gastriques, il est vrai que les derniers jours ici ont été assez difficiles émotionnellement, les « au-revoir » se succèdent et on réalise qu’on ne va plus voir les personnes qu’on aime pendant de nombreux mois, je commence à réaliser après l’euphorie de partir pour ce tour du monde, le concret qui est : 2 années loin des siens.

D.2 : Aujourd’hui je ne sais pas véritablement définir mon état. Depuis quelques semaines je fais un rêve dans lequel je m’approche lentement du bord d’une falaise. Petit à petit je vois le vide s’ouvrir devant moi. Maintenant que nous sommes à la veille du départ je suis arrivé dans mon rêve au bord du vide et je vais sauter… je le sais. Il s’agit d’un mélange d’excitation pure, de vertige, d’une peur nécessaire et raisonnable, d’envie… Je suis heureux de partir, et impressionné à la fois. La maladie se termine et je reprends la motivation. Delfe est formidable et je suis très content (et fier) d’avoir une telle équipière, prévenante, solide, intelligente, fiable. Je suis seulement triste de quitter toutes les personnes que j’aime tant, tous nos amis, notre famille, et les partenaires de Planète D. – tous ces gens qui nous ont porté sur la crête d’une énorme vague de soutien et d’enthousiasme depuis un an.

 

Vous êtes où ?

D.1 : Notre camp de base actuel est à Grenoble chez ma marraine. On se fait dorloter et remplir nos panses (et un peu notre compte en banque ;-)) pour avoir toute l’énergie pour donner les premiers coups de pédales.

D.2 : Lucienne, la marraine de Delfe, est un peu sa Manline, pour comparer avec mon côté. Elle nous a prêté un petit studio tout équipé, très confortable, où nous installer pour les 3 derniers jours.

 

Côté matériel c’est tout bon ?

D.2 : Oui, c’est tout bon. L’enregistreur son est arrivé hier, le panneau solaire a trouvé sa place sur le paquetage, qu’on a soumis d’ailleurs à une inspection rigoureuse pour alléger encore un peu, le vélo est paré, c’est tout bon. Roger, check up ok ! Delphine a pesé le chargement ce matin : 15 kg à l’avant (8+6+1), 19 kg à l’arrière (5+5+9), sur la remorque 16 kg, pour un total de je vous le dis mesdames et messieurs, je vous le proclame, non ce n’est pas 40, ce n’est pas 45 non mesdames et messieurs c’est 50 kg oui 50 kg, parfaitement madame, c’est un chargement total de 50 kg que nous avons là, et qui devr…

D.1 : Ouaip allez c’est bon là poupouille ! 50 kg, ça fait donc 25 chacun, pour affronter à priori toutes les situations.

 

Les ultimes préparatifs sont bouclés ?

D.2 : Non sans mal, mais c’est bouclé. Jusqu’à hier nous n’avions pas de billets d’avion, la réservation a été faite in extremis avec Iberia. Tous les efforts de notre partenaire Franck Chapus, du Lions Club, et son assistante Pascale, de l’agence Mondéa, associés à ceux de mon super tonton Paul, le monsieur relations de la famille, ont fini par permettre de débloquer une situation gelée depuis des mois, et enfin ! Iberia nous a recontacté pour faire notre réservation. Notre dossier est complet, et nous nous procurerons les billets papier une fois arrivé en Espagne. Ouf !

D.1 : Oui, je ne reviendrai pas sur le dossier : les billets tour du monde, et le stress que cela nous a causé. Les ultimes préparatifs sont bouclés tout comme nos sacoches, et finalement sans trop de mal.

 

Quel est le programme de la dernière soirée ?

D.1 : Rdv chez Fabian, pour lancer le plan « partez pas sans nous ». Et oui ! nos amis cyclotouristes, fous de jalousie (sic !) prennent la route avec nous pour 2 jours. A 6, il faut donc une plus grande organisation qu’à 2 c’est pourquoi nous avons un débriefing ce soir.

D.2 : Et l’occasion de se faire une petite bouffe entre amis.

 

Un coup de gueule ?

D.2 : Iberia, sans hésiter. Il faut quand même voir que Delphine a commencé les démarches en octobre 2005 – appels téléphoniques, et emails, pour demander un devis pour nos billets tour du monde. On l’a promenée d’interlocuteurs en interlocuteurs pendant des mois sans que JAMAIS un véritable devis ne nous soit proposé, avec un dossier en bonne et dûe forme. En désespoir de cause, nous allions abandonner quand Jean Luc Carthonnet, du Lions Club, nous a mis en relation avec Franck Chapus, de l’agence Mondéa. Lequel a interrogé directement la direction d’Iberia France, qui a donné son accord et validé notre dossier, mais on ne sait où un rouage de la machine a bloqué, et à nouveau pendant des mois, nous sommes resté sans retour de la compagnie. Relance après relance après relance, nous sommes arrivés à la situation suivante : cette semaine, aucun avancement, et notre départ en ligne de mire… Nous n’avons toujours pas d’explication, mais à force de harceler la direction d’Iberia le nœud s’est finalement dénoué et la réservation a été faite. Je suis conscient de faire ici une bien mauvaise pub à la compagnie aérienne mais quand je fais la rétrospective de l’affaire je n’arrive pas à comprendre le phénomène… Je trouve ça tout bonnement dingue ! Sachant pour finir qu’on achète au prix fort ces foutus billets… Iberia est un fournisseur pas un partenaire. Alors voyez…

 

Un coup de cœur ?

D.1 : Et bien, le coup de cœur de cette dernière D.News avant le départ est pour nos « maïs » du DESS GI : Génies Imaginatifs, qui nous ont fait un remake disco de « qui veut gagner des millions » devenu « qui veut gagner des guidons » ! ça aurait pu être des bidons d’ailleurs maintenant que j’y pense, mais bref, on vous remercie très fort, car on s’est bien marré et ça nous a énormément touché. Et c’est bien notre dernier mot, Jean-Pierre.

D.2 : Oui Jean-Pierre Focul, je m’associe à D.1, j’ai été touché par l’au-revoir burlesque des amis du DESS et j’ai passé une adorable soirée. Une adorable sacrée soirée…

 

Le mot de la fin du début ?

D.2 : Oui car c’est la fin de longs préparatifs mais le début d’une longue et formidable aventure. Et bien pour moi le mot de la fin serait… en route ! enfin. Et je pars avec dans mon cœur une gratitude infinie pour tout ce petit monde qui nous pousse, nous aide et nous soutient depuis le début, indéfectiblement. Nous avons beaucoup de chance. Merci tout le monde. Et maintenant en route mauvaise croupe ! Enfin j’me comprends…

D.1 : Oui, je me joins à D.2 pour les remerciements, pour les partenaires qui ont eu confiance en nous, pour les familles qui s’inquiètent mais qui nous poussent aussi et les amis qui nous soutiennent, et qui nous rejoindront sur la route 😉

D.1 et D.2 : A bientôt !

Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *