DNews Tsasiki

Cette fois-ci, je te préviens ami lecteur…
Ahem.
Je vois les étendards féministes obscurcir l’horizon incertain de ma carrière d’amuseur public / conférencier / auteur.
(raclement de George)
(si si, mon nouvel impresario s’appelle George et quand je commence des digressions en général il toussote poliment en accentuant la pression de sa main velue sur mon épaule frêle et je sais qu’il faut que je me surveille)
Donc.
Donc…
Cette fois-ci je te préviens, ami(e) de la lecture et quelque soit ton sexe et sa taille.
(pas taper George)
On est pas parti pour rigoler. En effet, le mail au demeurant fort sympathique d’une lectrice m’a fait récemment remettre en question mes velléités d’apporter dans vos quotidiens grisonnants une touche d’absurde et de paillarde rigolade. Je vous le livre sans artifice ni trompette :
Le 1 sept. 2011 à 15:59, Alice T. a écrit :

 

Bonjour,

Je suis venue à une de vos conférences il y a quelques années car j’aime les beaux voyages. Je souhaite vous demander de ne plus m’envoyer votre bulletin qui ne m’intéresse pas, je n’y trouve rien de drôle, merci donc de m’enlever de la liste.

Cordialement,

Alice

J’ai donc fait à notre chère Alice la réponse qui suit, après moults tergiversations et réflexions :

“Chère Alice, aussitôt demandé, aussitôt effectué.

Vous êtes supprimée de la liste.

Cependant, sachez que tout est très sérieux.
Moi-même, je déteste rire. Et je n’évoque que les choses les plus graves à mes yeux.
Bien sérieusement,

Damien”
Et j’ai embauché George.
Car maintenant il s’agirait de tenir le cap. Et reconquérir les Alice T. du monde.
George
George est un ancien maton. Il a les paupières tombante d’un cocker, il crache comme un lama quand il est fâché et prend assez vite la couleur de ce qu’il boit. Il sent un peu le fauve, sauf quand il est mouillé – là il sent le bouc. Son regard est vitreux comme celui d’un reptile et sa pilosité déjà évoquée est au gorille ce que Mc Donald’s est à la malbouffe : une overdose. Ce qui fait qu’à lui tout seul c’est un sacré bestiaire. On pourrait penser qu’il est là pour égayer ma dure vie d’auteur-réalisateur, qu’on se fend la gueule, qu’on passe en revue tout la zoologie en partageant des blagues égrillardes mais non.
Non.
C’est tout le contraire.
George est là pour que j’arrête mes bêtises, et cesse de perdre à chaque nouvelle DNews une brochette d’Alice mécontentes.
Maintenant ça va saigner, j’ai décidé d’être sérieux.
SERIEUX.
De travailler dur. De mener une vie d’ascète. Déjà à 3 c’est pas facile tous les jours, mais bon je relève le défi.
Désormais ce sera spartiate.
Donc je suis allé en Grèce. Voir Tsatsi.
Tsatsi qui ?
J’ai commencé par un tournage des plus pénibles, histoires d’apprendre à souffrir. C’est George qui a eu l’idée. Il me l’a énoncée un soir torride d’août en caressant négligemment son téton droit par l’entrebâillement de sa chemise de flanelle. J’ai eu tellement peur que je me suis dit, la Grèce, à côté, ça peut pas être pire.
Et vous avez devant vous un martyr d’un genre nouveau…
10 jours de tournage dans les îles Ioniennes pour un projet de documentaire. Le thermomètre de daigne pas descendre sous 32° – pour l’air – et la mer est scandaleusement chaude elle aussi (27°). En plus elle blesse mes yeux de daltonien avec des chatoiements turquoises et des reflets bleus et je ne parle pas des myriades (non c’est pas une chaîne d’hôtels) de poissons. Dans ce pays que, vous ne l’ignorez pas, la crise économique ravage (…), et plus particulièrement sur l’île où tel un Robinson (qui l’eut crû, Zoé) j’échouais, les gens habitent de petits maisons blanches dans la garrigue (ou son équivalent local à base d’origan) avec une vue ouverte sur des îles. D’autres. Chez les bonnes âmes qui m’ont accueilli, sur l’île Lefkada, la baie vitrée ouvre sur une terrasse que le soleil fait virer à l’orange doucement et au-delà de la piscine la vue est très énervante : la mer adriatique que la maison surplombe de quelques centaines de mètres, et les îles Ioniennes qui moutonne dans le firmament azuréen. C’est insoutenable : coups de soleil et sieste s’enchaînent à une vitesse vertigineuse, et on noie notre chagrin dans la Moussaka. Pour couronner le tout, les copains en question m’ont emmené 4 jours faire de la voile !
De la voile !
Moi !
Qui chope le mal de mer dans ma baignoire.
Qui est suis pris de nausées en regardant Titanique (ceci dit… enfin bref).
Je vous dis, depuis que j’ai embauché George, ma vie est un calvaire. Je vais devenir un modèle de vertu.
(et un modèle de verrue à force de me promener pieds nus en Grèce)
La preuve en image :
Sinon, pour gagner l’argent que Planète.D ne me rapporte pas 
je me suis lancé dans la commercialisation de sites web.
Parfaitement.
En gros je propose un service de création, hébergement, personnalisation de sites web, pas cher et rapide : en une demi journée, votre site est monté et accessible ; nos outils de référencement le placent rapidement sur les listes de résultats de recherche et on peut le personnaliser aisément. Voilà le mien :
Si un site web actif, dynamique et facile à mettre à jour vous-mêmes (module de news et de publication de texte/photos/vidéos ultra simple et rapide) de cet acabit vous intéresse, faites-moi signe.
Parlons peu, parlons bien, parlons de ma FILLE.
Ma fille qui découvre les joies du deux roues – Merci Early Rider.
Et qui aime tellement ça qu’elle m’a fait ressortir un soir sous l’orage, de nuit, pour aller, dans son cirée et en culotte, rouler dans les flaques et sauter les trottoirs.
Y’a plus de jeunesse je vous jure.
Et pour finir sur la note festive attendue :
>>> Planète.D sera ce week-end, les 24-25 septembre, à l’Opéra de Massy (sud de Paris) non pas pour faire concurrence à la Castafiore mais pour présenter No Man Iceland en première française au festival ABM Globetrotter (projection dimanche matin 10h30 et débat dimanche après midi 15h)
>>> Planète.D sera le week end suivant (1 et 2 octobre) au joli festival du Voyage et de l’Aventure de Brout-Vernet (prononcez “broute-vernette” les locaux adoooorent) en Auvergne – projection samedi 13h35 et dimanche 15h30, toujours de No Man Iceland
Site d’ABM Globetrotter : http://www.abm.fr
Site de Brout-Vernet : http://www.dunregardalautre.com

Portez-vous bien et ne laissez personne vous dire que c’est impossible.


Pour se désinscrire ce mois-ci il faut trouver dans quelle phase était la lune pendant mon séjour en Grèce.
Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

Laisser un commentaire