URSSAF mon amour…

  • par

Mise à jour du 25 juin en bas de page

 

Cher URSSAF, bonjour,
le désespoir continue.

Je ne mets pas “cher” par affection, mais de façon très pragmatique, tu vas comprendre.
Suite à ma demande d’adjonction d’activité et de révisions de mes cotisations depuis 2013 (pour un ajout de vente de marchandise, activité qui aurait dû être prise en compte dès le début mais, oh ! mystère, ne l’a jamais été, il aura fallu 5 ans pour s’en rendre compte) j’ai reçu :

  • le 8 juin un courrier de l’URSSAF à Vénissieu m’indiquant la remise totale de mes majorations et pénalités (normal, l’erreur vient de votre système)
  • le 15 juin un courrier de l’URSSAF de Grenoble cette fois (histoire de brouiller les pistes sans doute) m’indiquant que enfin ! mon adjonction d’activité va être prise en compte et l’assiette des cotisations rétablie de façon rétro active depuis 2012 (un miracle que je n’attendais plus après 5 mois passés à vous relancer pour savoir où ça en était)
  • ce jour une mise en demeure par recommandé avec AR me réclamant 8222 € d’impayés sous un mois…

Je téléphone, une conseillère me dit que la mise en demeure est automatique mais que mon dossier est en cours de ré-évaluation et que je suis bien créditeur et non débiteur.

“Ah bon, je dois l’ignorer alors ce courrier qui m’a fait sortir le cœur de la cage thoracique ?

– ahem… il faut l’archiver, enfin le classer…

– mais si je vous appelle pas, je fais un infarctus tout seul dans mon coin, tout le monde s’en fout ?”

Les bras m’en tombent.

Cher, très CHER URSSAF, donc, je voudrais avoir au téléphone un conseiller qui connaît le dossier, par pitié, et m’explique pourquoi, après 7 mois de bagarre pour obtenir un rétablissement légitime de ma situation, et la réévaluation d’années de cotisations versées en trop (la vente de marchandises a été taxée à hauteur des conférences alors que son taux est plus faible), je reçois un courrier de mise en demeure pour 8222 € d’impayés !

Vous vous mettez 2 minutes à la place des contribuables ? Ah, non bien sûr.

7 mois d’échanges obscurs et laborieux avec vos services (les échanges téléphoniques sont frustrants et incomplets, personne ne sait tout, on me renvoie de service en service ; le moindre courrier est un mystère insondable, ne pouvez-vous pas parler de façon intelligible et non pas toujours avec votre jargon juridico-administratif que le commun des mortels ne comprend pas ?) pour des cotisations que j’ai versées en TROP, et à peine confirmé, enfin ! par un courrier inespéré, eh bien dans la foulée une mise en demeure en recommandé avec paiement sous un mois sous peine de poursuites judiciaires.

Essayez d’imaginer l’effet produit sur un travailleur indépendant qui ne sait pas d’un mois sur l’autre s’il va gagner sa vie et qui ne paye pas d’impôts sur le revenu tellement il est richement payé pour son travail… Soit, admettons, le courrier est erroné, automatique, tout ce qu’on veut. Diable, quand même !

Nous sommes tous humains, bon sang ; la conseillère que j’ai au téléphone, qui n’est pas bien sûre de ce qu’elle raconte, comme ses 46 prédécesseurs, doit se faire insulter 5 fois par jour parce que votre système est absurde, obscur, inefficace. Elle non plus ne doit guère goûter son rapport avec l’URSSAF. Y’a-t-il qque part des gens qui s’épanouissent là-dedans ? moi pas. Quand va-t-on enfin régulariser correctement et définitivement mon statut ?

Damien, un contribuable désabusé, lassé et écœuré
(et un peu choqué quand même, 8222 €…)

 

MISE À JOUR DU 25 JUIN

L’URSSAF manie l’ironie comme Jack l’Éventreur la scythe. Je viens d’avoir au téléphone, après 6 mois d’errements, la personne qui traite mon dossier. Qui m’explique gentiment, en complète contradiction avec ce que l’URSSAF et la Chambre de Commerce me disent depuis le début de l’année, que ma demande d’adjonction (ajout pour les débiles) d’activité “ventes de marchandises” n’aura aucun impact sur le taux de mes cotisations à l’URSSAF (alors qu’il existe un écart de 10% entre le taux des conférences et celui des ventes de marchandises) et que si je veux obtenir la régularisation de mes cotisations (10% de trop-perçu sur 3 ans et 9 trimestres, ça commence à chiffrer) il faut faire une demande de changement de statut auprès de la CFE. Retour à la case de fin janvier. Merci l’URSSAF.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *