La DNews du Nouvel Han (mairie, vie de famille)

55 total views, 3 views today

« Euh… faudrait quand même euh… »

Regard courroucé.
« Eh bien, euh… aplatir un peu, faudrait peut-être aplatir un peu quand même non ? »
Bah voyons, et pourquoi pas aller faire un peu de chirurgie plastique histoire d’être dans la norme ?
Foutu protocole administratif.
« Parce que là, euh, ça rentre pas dans la cadre. »
Il recule.
« Non, ne reculez pas, les précédentes ont été refusées parce qu’elles furent prises de trop loin ! »
Il revient.
« Oui mais bon faites quelque chose là, pour vos… vos… »
Je soupire.
La journée n’est pas entamée depuis 3 heures qu’elle m’exaspère.
Enfin 3 heures…
Réveil 2h du matin, la petite Luce hurle de faim, normal elle a envoyé par terre tout ce que je lui ai proposé pour dîner.
Elle tète, puis gazouille – pardon, alterne gazouillis et hurlements – jusqu’à 6h.
On finit par se rendormir… la grande Lirio débarque dans la chambre !
Elle « s’ennuie, quand même, euh ».
Petit-déjeuner matinal, oeil terne et teint blafard.
La grande ne veut pas manger ce qu’on lui prépare, réclame du fromage et du gâteau « du magasin » (c’est ce que je préfère dans le fait d’être un papa crudivore végétalien…) puis elle refuse de s’habiller.
La petite hurle parce qu’elle est crevée.
Forcément.
La grande hurle parce qu’elle veut rester en pyjama.
Forcément.
Pendant 2h, on berce l’une, on se bat avec l’autre. Le jour est à peine là.
2h de lutte, cris, pleurs, pour un pu***n de pyjama de m***e
Bien sûr, la petite qu’on a endormie est réveillée par le fracas de la vie de famille.
Et quand elle est réveillée, elle a faim. Donc elle hurle.
On lui redonne à manger, pendant que la grande démonte tout dans sa chambre.
Soudain, plus un bruit.
Miracle ?
Delphine monte, ouvre la porte de la grande.
Et elle éclate d’un rire…
Jaune et nerveux mais un rire : la grande a remis son pyjama par dessus les vêtements qu’on lui a enfilé de haute lutte.
Tout est authentique.
Certes, certes, cela se passe ainsi une fois sur 150 et 90% du temps nos filles sont adorables, sages, autonomes et câlines.
Mais ça ne vous ferait pas rire que je vous raconte ça.
Et donc nous voilà quelques heures plus tard.
J’ai rendez-vous à la mairie pour mon nouveau passeport.
J’ai téléphoné hier.
« Bonjour, pouvez-vous me donner un rendez-vous pour faire faire un nouveau passeport suite à la perte de l’actuel ?
– Oui, demain mercredi à 11h ou 9h, sinon jeudi.
– Demain 9h, car 11h je ne peux pas je vais chercher ma fille à l’école.
– Très bien à demain ».
Je retranscris ce dialogue à la lettre, non pas qu’il ai un intérêt quelconque en lui-même mais il se révèlera essentiel à la narration de notre histoire.
Mercredi, mairie de Montmélian.
« Bonjour, j’ai rendez-vous pour mon nouveau passeport.
– A quelle heure ?
– Eh bien, quelle question, maintenant, à 9h.
– Non vous avez rendez-vous demain jeudi.
– Je vous ai eue au téléphone hier, vous m’avez donné rendez-vous maintenant et vous m’avez dit ‘à demain’
– Non, vous m’avez dit à 11h je ne peux pas à cause de ma fille qui est à l’école.
– Et donc je vous ai demandé le rdv de 9h
– Moi je vous ai donné le rdv de jeudi.
– Mais pourquoi ? et pourquoi m’avoir dit à demain ?
– On s’est mal compris. »
Je me mords la langue.
« On » s’est mal compris ?
Est-ce urbain de dire à une employée de mairie que non, « on » ne s’est pas mal compris, mais qu’elle s’est emmêlée les pinceaux, n’esquisse pas un mot d’excuse, et moi j’ai fait 30 min de voiture pour rien – oui, 30 min, on a une AX ou on a une voiture.
Y’a des jours comme ça.
En même temps celui-ci est la prolongation d’une nuit comme ça.
« Mais pour gagner du temps au rendez-vous demain, montrez moi les papiers que vous avez préparés ».
Soit.
« Ah les photos là ça ne va pas, vous êtes trop loin. Allez en face à la boutique du photographe, qu’il vous refasse les tirages. »
Soit.
Mince et flûte et fait suer ta génitrice en grenouillère à la foire du trône mais soit.
Et donc nous revoilà quelques lignes plus haut.
« Euh, faudrait aplatir vos cheveux là… »
Aplatir.
Mes cheveux.
« Ils sortent du cadre. »
Donc.
« Et puis enlever vos lunettes. C’est la nouvelle norme ».
Ah.
« Et cessez de sourire. »
Mmmmmhhh. Il faut faire la gueule ? Quel soulagement.
Parce qu’avec la nuit et la matinée que je passe, je vais pas avoir besoin de me forcer beaucoup.
Je ressors 10 minutes plus tard avec 4 photos d’identité éclatantes de normalité.
Normalité ?
La bureaucratie, et ces nouvelles normes d’identification annoncées comme contribuant entre autres à la lutte anti-terroriste (bah oui, il faut trouver des terroristes obscures contre lesquels lutter, sinon on finirait par trop s’intéresser aux lobbies et aux industriels qui nous empoisonnent en plein jour, ou aux politiques qui nous arnaquent et nous ponctionnent en pleine lumière, et qui eux ne sont pas du tout, mais alors pas du tout des terroristes d’un genre moderne), tout cet apparatchik bien français, donc, aboutit à ce que, outre un rendez-vous loupé et une double crise de nerf plus nuit blanche, mon nouveau passeport soit orné d’une photo qui ne me ressemble pas du tout et sur laquelle j’en ai la gueule, justement d’un terroriste : on y a aplati des cheveux qui ne le sont jamais et enlevé des lunettes qui y sont toujours d’ordinaire.
Normalité.
Cqfd.
Depuis j’ai l’obligation de garder cette tête en publique, de peur de me rendre hors-la-loi.
C’est mon nouvel Han qui m’a conseillé ça. Il a l’habitude de la tyrannie autocratique.
Oui, j’ai embauché un chinois de l’ethnie majoritaire pour qu’il remplisse l’office de manager à Planète.D
Je viendrai donc terroriser mon public…
LE 18 JANVIER à Pontcharra à 18h15 : 
projection de « Autarcies » 
en présence de mes amoureuses 
au cinéma Jean Renoir

LE 23 JANVIER à Samoëns, 17h : 
projection de « Un pas de côté »
à la salle polyvalente

LE 06 FEVRIER à Samoëns, 17h : 
projection de « Jor »
à la salle polyvalente
Après j’irai terroriser les Lapons, mais ça c’est une autre histoire…
En attendant je vous souhaite vous aussi de bien profiter de votre nouvel Han.
A défaut je peux peut-être ponctuellement vous prêter le mien.

Damien
ps pour se désinscrire cette fois il faut me trouver une rime avec 2014… ou faire un p’tit email
Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.