DNews d’avril, la Planète.D ne se découvre pas d’un fil…

138 total views, 2 views today

Je sais je sais, je vous vois venir, sarcasmatiques comme Desproges (ce grand homme) qui aurait forcé sur la laine de verre, goguenards tels des animateurs de télés privées ou des têtes de liste UMP à l’issue d’un premier tour déculottant, à vous gausser de l’innocuité et du manque de verve de mon titre, riant de l’absence d’originalité, entrevoyant déjà dans la trame de cette ouverture la chute rémanente de Planète.D vers les bas-fonds du vulgaire, vous gaussant de la platitude avec laquelle je m’engouffre dans le lieu-commun.

Mais non.

(roulements de tambours, tintements de clochettes)

Car de fait, en avril Planète.D ne se découvre pas d’un fil mais se réserve toute la Bobine !

(alors ? qu’e’qu’on dit là hein ?)

La Bobine de Grenoble accueille en avril l’exposition photographique de Planète.D « Le Grand Détour, un tour du monde en 40 photos » (pour la 1ère fois complète à Grenoble) et une soirée spéciale projection de film d’aventure y sera donnée le mardi 20 avril à 20h, avec notre tout nouveau film « Le Grand Détour, épisode III » (oui c’est toujours le Grand Détour quelque chose c’est sûr, et pis épisode III c’est pour faire un peu Star Wars tu vois ?).

>>> mardi 20 avril 2010 à 20h <<<

Le Grand Détour, vol. 3” /// 52 min

Après 1 an et demi de route autour du monde (Amérique du Sud, Pacifique et Asie), Delphine et Damien entreprennent une traversée vertigineuse (et illégale..) du Tibet interdit. Puis rallient l’Inde, d’où ils livrent leur regard interloqué, à peine redescendus de l’Himalaya, momentanément privés de leur tandem. Et enfin, ils rejoignent la France à travers toute l’Europe, de la Turquie à Grenoble en passant par les Balkans, de rencontre en rencontre.

Ce film est parmi les 6 sélectionnés en 2010 par le festival international de films d’aventure de la Réunion.

N’oublie Pas Mon Nom” /// 10 min

Les orphelins de la fondation Murry, à Chitawn, au Népal, nous expliquent ce qui les a amenés là… saisissant.

Tarif libre – au chapeau pour les artistes !

 

La Bobine

42 Bvd Clémenceau (entrée côté Parc Paul Mistral)

38000 Grenoble
Qu’on se le dise, ce nouveau film – bande-annonce http://www.youtube.com/watch?v=Y4xTImgA2h8 – qui retrace le dernier tiers de notre parcours, soit une petite année de route, depuis le Tibet jusqu’à Grenoble via l’Inde, la Turquie, les Balkans et d’autres, n’a jamais été projeté par chez nous – un tort qu’il fallait réparer, comme la Michèle du même nom – et comporte, oh ! public dont l’exigence n’a d’égale que l’engouement, pour moitié des images encore inédites ! C’est à dire que même TeleGrenoble, qui nous a pourtant exploités comme de la main d’oeuvre vietnamienne de sous-sol, ne les a jamais vues !
Diantre.
(silence respectueux)
(c’est sûr ils nous ont fouillé au corps mais on avait avalé les bandes)
(après, une bonne purge à l’huile de ricin et hop ! le tour est joué)

Je plaisante. Sur TeleGrenoble. C’est au contraire une manière d’attirer l’attention, des années après, sur le fait que sans TeleGrenoble, Planète.D ne serait pas aujourd’hui à l’affiche d’autant de festivals d’envergure ni programmé sur Voyage, anciennement diffusé sur France 3 et bientôt Inch Allah retransmis sur Planète Thalassa. Je fais des blagues mais j’ai la reconnaissance durable.

Comme d’habitude, en pièce jointe l’affiche de la manifestation.
A placarder sur le bureau de votre chef et la tête de votre secrétaire.
Amenez vos ex. pour une rupture réussie et/ou un concours de tshirt mouillé.

A noter que nos partenaires musicaux de l’indescriptible groupe RiEN, dont l’œuvre est omniprésente sur nos films, seront en concert à la Bobine aussi, le vendredi 23 avril à 20h30.

Un grand merci à toutes les bonnes âmes qui ont bien voulu se faire les relais de notre communication en mars, pour la venue de notre exposition photographique à Chambéry et l’organisation de notre soirée de projection à la salle Jean Renoir. On vous doit une fière chandelle tirée du pied (et près de 200 personnes dans la salle). Cela compensera la piètre santé avec laquelle je suis revenue de cette manifestation. En effet, on ne le dit pas assez, mais la vie d’artiste comporte ses épreuves (comment ça j’en ai déjà parlé la dernière fois ?). La Chapelle Vaugelas, à Chambéry, est un lieu d’exposition fort intéressant qui présente la particularité de ne jamais voir la lumière du jour, et d’être comme son nom l’aura indiqué (sauf peut-être à Arnaud C. et Erik W.) une chapelle.
De la pierre.
Morte.
Froide.
Épaisse.
Immuable.
Sous des siècles de poussière.
Glaciale.

Les visiteurs qui seront venus parcourir l’expo et m’auront trouvé grelottant derrière mon bureau de dame pipi, assis sur un radiateur d’appoint en maillot cycliste moulant par 2°, mes dents battant la mesure de la messe qui, il ne s’en est fallu que de peu, aurait bien pu être dite, comprennent ce que j’évoque sans équivoque. Mais j’ai pu trouver du réconfort dans les chaleureuses paroles de notre public, ainsi de George dit « L’Affreux Jojo », un vieux bonhomme généreux et décapant, qui du haut de ses 80 ans m’asséna :

« Oh bah moi, j’vis d’puis 18 ans dans une grande maison qu’est sans l’chauffage pis les toilettes au fond du jardin. L’hiver y fait -6° dans la salon et j’vais pisser avec les raquettes. Les femmes savez c’q’elles m’disent les femmes ? ‘Hey l’Affreux Jojo, quand t’y vas pisser fais gaffe au glaçon au bout de ta quéquette !’ voilà c’qu’elles me disent les femmes. Allez, à ce soir à votre projection, si j’suis pas mort d’ici là. »
.
Merci George.

Mais côté chaleur humaine on aura compensé en mars. Enfin au mois de mars car cette nourriture industrielle caramélisée est bannie de notre diète quotidienne, nous qui versons de plus en plus vers la crusine et j’me comprends. Car en mars nous aurons eu le grand plaisir de participer aux festivals Partances à Toulouse, Globetrotter à Avignon et Planète Couleurs à St Etienne, avec chaque fois un cocktail réussi de belle camaraderie, d’accueil lumineux et de programmation décoiffante (et je m’y connais en trucs décoiffés t’as qu’à voir la tête de mes 2 femmes au réveil…) D’ailleurs vous pouvez réagir >là< pour réclamer le retour de Planète.D à Planète Couleurs (faut suivre) en 2011 avec notre film à venir sur l’Islande (on nous l’a beaucoup demandé sur le stand mais c’est pas nous qu’on décide comme dirait Jean Pierre Sauser).

A noter que fin avril nous nous déplaçons pour ce même nouveau film que je vous disais plus haut comme il est bien, à Saint Quentin Fallavier, tout près de Lyon, et d’un donjon (il paraît) :

Le Grand Détour, vol. 3” /// 52 min

Après 1 an et demi de route autour du monde (Amérique du Sud, Pacifique et Asie), Delphine et Damien entreprennent une traversée vertigineuse (et illégale..) du Tibet interdit. Puis rallient l’Inde, d’où ils livrent leur regard interloqué, à peine redescendus de l’Himalaya, momentanément privés de leur tandem. Et enfin, ils rejoignent la France à travers toute l’Europe, de la Turquie à Grenoble en passant par les Balkans, de rencontre en rencontre.

 

N’oublie Pas Mon Nom” /// 10 min

Les orphelins de la fondation Murry, à Chitawn, au Népal, nous expliquent ce qui les a amenés là… saisissant.

 

>>> Le mardi 27 avril 2010 à 20h30 <<<

 

Espace Culturel George Sand

mairie, place de l’hôtel de ville 

38095 St Quentin Fallavier
J’évoquais récemment notre invitation au festival du film Au Bout Du Rêve, à l’île de la Réunion, et le dilemme cornélien (c’est un dilemme qui fait mal au coin de l’oeil) qui nous avait alors échu. Quand je lis ça j’apprends à déculpabiliser, d’un coup :

Alain Joyandet en Martinique en jet privé: 116.500 € la visite
http://www.lepost.fr/article/2010/03/28/2008300_haiti-alain-joyandet-utilise-un-jet-prive-pour-se-rendre-a-une-conderence-d-aide.html

C’est comme ça que la France aide Haïti. Quelle générosité ! Notre hyperprésident et empereur de modeste stature va pouvoir claironner dans les communiqués officiels de l’Élysée que grâce à lui des centaines de milliers d’euros ont été alloués à l’aide pour les sinistrés. Forcément, à coup de réunionite aiguë aux antipodes et de jets privés pour les ministres qui doivent aller poser sur la photo histoire de justifier leur paye par ailleurs mirobolante, ça en fait du budget de solidarité qui n’atteindra pas une poche haïtienne… Comme la finement fait observé Stéphane Guillon mercredi matin sur France Inter, le revenu moyen haïtien c’est 2€ par jour, donc à la place d’un aller-retour de Joyandet on faisait vivre 2 haïtiens pendant 70 ans…
A méditer.
Ça fait toujours plaisir de tomber sur des trucs comme ça, moi qui avais lu dans des manuels d’histoire que la Monarchie et les privilèges avaient été abolis. C’est à en douter de tout ce qu’on apprend à l’école – me dites pas que l’impact positif du colonialisme français en Afrique c’est aussi de la sarbacane ? Mais comme cette même école ne sera bientôt plus qu’une usine à fabriquer des masses avec temps de cerveau disponible pour Coca-cola…

En avril, pour se remonter le moral comme dirait Stéphane Berne, nous donnerons également 2 rediffusions des films « Peine Insulaire » et « Mordre la Poussière » au salon de thé Regards d’Ailleurs à Grenoble :

« Peine Insulaire » /// 35 min

Un tandem autour de l’Asie du sud-est, entre découverte rocambolesque et barrière de la langue.

 

>>> le vendredi 9 avril 2010 à 19h <<<

 

Mordre la Poussière” /// 35 min

Traversée-challenge du sud bolivien et ses terribles montagnes, avec, entre autres rencontres édifiantes, un rendez-vous humanitaire auprès d’une maison d’accueil des enfants de la rue à Oruro.

 

>>> le vendredi 16 avril 2010 à 19h <<<

 

Salon de thé « Regards d’Ailleurs »

1 rue Lazare Carnot – Grenoble

Tarif libre – au chapeau pour les 2 Ds !


Alors que je me cryogénisais la descendance à la Chapelle Vaugelas en ce début de mois de mars, un visiteur m’alpagua. Je le pensais donc péruvien, d’autant qu’il en portait le couvre-chef, mais que nenni comme dirait le cheval à son jockey. Il m’apostropha donc, si tu préfères ami lecteur, de la forme :

« Vous avez fait le tour du monde avec votre bonne femme ?
– (silence gêné mais de durée raisonnable) Ahem. Oui.
– VOUS AVEZ FAIT LE TOUR DU MONDE COMME CA, A VELO, TOUS LES DEUX ???
– Affirmatif.
– Pétard (mâchoire tombante).
– Non merci.
– Pendant combien de temps ?
– Deux ans et demi.
– (moue songeuse et dubitative…) Quand je pense que ma femme et moi, quand on rentre en voiture de vacances, au bout de 2 heures je lui demande de me déposer à une gare pour finir le trajet seul tellement on s’engueule ! »

Damien

ps : devant le volume de remarques gentilles et enthousiastes que nous recevons à ce propos, je me sens obligé de réitérer que quand on parlait, voilà plusieurs mois, d’un deuxième bébé en préparation, c’était une blague (il fallait lire la suite plus bas) ; j’espère qu’en ce premier avril vous serez plus enclins à me pardonner cet humour inutile… (pas taper pas taper)

Pour se désabonner, envoyer un mail en cliquant sur le lien suivant
(attention il y a un piège)
mailto:planete.d?subject=dnews&body=jeveuxcontinuerarecevoirdnews

Ou répondez à cette DNews avec courtoisie.

Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.