[LMSF] Des nouvelles du jeûneur, marcheur & hygiéniste (8)

74 total views, 1 views today

Florian Gomet, hygiéniste, sportif, grand voyageur et bûcheron, est maintenant revenu de sa marche de 360 km sans manger à travers les monts Mackenzie. Alors que je suis en plein montage du film, je vous livre quelques extraits de mon carnet de bord, où je médite sur les liens qui se tissent entre deux inconnus au travers d’une aventure forte, engagée et décalée.

Jour 1

C’est à pied, et sans manger, que Florian a décidé de traverser les Mackenzie. Le long de la route fantomatique qui jadis longeait le pipeline : la Canol Trail. 360 kilomètres “into the wild”, dirait Christopher McCandless.

360 kilomètres sans manger… Je me demande ce que ça va donner. Et un peu aussi… qui est Florian. Car à ce moment de l’histoire, je ne le connais pas vraiment. Nous sommes chacun à une extrémité de la Canol Trail et on ne se retrouvera pas avant une bonne semaine…

J’ai spontanément toute confiance en Florian. Ce qui ne m’empêche pas d‘assurer le coup : comme il l’a lui-même suggéré, je filme intégralement ma propre aventure pour partager avec vous, notre public, les coulisses du tournage. Ainsi, en cas d’échec de mon protagoniste, j’aurai toujours une histoire à raconter – la mienne. Je suis auteur-réalisateur, pour moi, c’est essentiel. Or, à ce stade de l’aventure, j’ignore si Florian va réussir et s’il ramènera de bonnes images de sa période solo.

Jour 5

Le fil conducteur topologique de Florian, et le mien, c’est la Canol Trail : les vestiges d’une route alpine, bientôt vieille d’un siècle, qui s’étire sur 600 km dans les montagnes primitives Mackenzie. Hormis la piste, il n’y a pas trace de civilisation dans ce territoire grand comme 6 fois la Suisse. En 1942, allégeant d’une menace nippone et nazi sur la côte pacifique, l’armée américaine engage 60 000 ouvriers et 300 000 $ dans la construction d’un pipeline pharaonique depuis Norman Wells – départ de Florian – jusqu’à Whitehorse – d’où j’arrive, moi. Aussitôt construit, aussitôt abandonné, le projet Canol n’aura marqué que le territoire : campements en ruine, véhicules rouillés, ponts effondrés…

Jour 10

Nous voilà réunis, et l’aventure semble se transmuer d’une épopée solitaire double, ou parallèle, en une randonnée entre camarades. On va le voir, ce premier jour en binôme sera un petit calvaire. Mais pour l’instant, le plaisir de filmer mon protagoniste occulte les épreuves à venir ! Je m’en donne à coeur joie et déborde d’énergie. Il vaut mieux : la moindre prise drone me mobilise au moins pour une demi-heure…

Florian s’est beaucoup investi dans le tournage d’images quand il était seul. Plein de mises en scène complètes, avec des entrées et sorties de champ, des détails, des plans d’établissement, un vrai découpage réfléchi des actions, de beaux cadres… Je suis épaté !

J’avais déjà beaucoup de respect pour Florian, mais la journée sur l’Ekwi scelle mon admiration. Outre l’imaginaire foisonnant et la douce folie nécessaire qu’il faut pour énoncer un tel projet, la réalisation de l’entreprise requiert une maîtrise mentale et corporelle avancée, un esprit d’aventure pointu, une confiance en soi qui se nourrit d’un amour sans borne pour la vie. Toutes qualités dont je vois Florian prodigue sans faillir. Sur le terrain, il réfléchit vite et bien, maîtrise les techniques nécessaires, est fiable et régulier. La cohabitation, étroite s’il en est, se révèle facile et agréable. Tout sauvage et solitaire que Florian se déclare volontiers, il dispense un bel esprit de camaraderie, de la bienveillance et de l’humour. J’étais venu filmer un spécimen atypique d’aventurier, me voilà faisant le portrait d’un nouveau camarade, et j’en suis reconnaissant ! N’est-ce pas là, cristallisée, toute la magie d’une vie d’aventure ? Nous partions étrangers l’un à l’autre, nous reviendrons sans nulle doute liés par ces instants d’intensité, liés par cette évidence : seul l’autre peut comprendre ce qu’on y a ressenti. Parce qu’il y était. A nos côtés.

Jour 14

La démarche de Florian est un affront direct à l’attitude occidentale typique : anticiper sur une hypothétique pénurie par une consommation délirante, qui repose sur le pillage des ressources naturelles. Elle interroge, cette démarche, notre inconscient collectif : pourquoi avoir peur de manquer ? pourquoi toujours plus ? pourquoi “prendre au cas où” ?  Florian se positionne en alternative minimaliste : “prendre si besoin”.

 

 

Toutes les photos ici.

 

Nos Partenaires

Matériel Aventure fournit mon équipement bivouac, un kit de recharge solaire, du répulsif et un chapeau équipé d'une moustiquaire.... A souligner que depuis le projet "71° Solitude Nord" en Laponie, j'ai toujours pu compter sur Thomas et son équipe ! Merci.
Pimp Me Green, c'est le blog de l'alimentation végétale gastronomique et saine et de la santé holistique ! Il regorge de recettes savoureuses et d'articles de vulgarisation passionnants, entre autre sur... le jeûne. Merci à Sarah de nous aider pour la partie suivi biologique !
La Fédération Française de Jeûne et Randonnée est le premier financeur du film à s'être manifesté. Avec le soutien de quelques internautes, c'est cet élan de base qui a démarré la fabrication concrète de "La Marche Sans Faim". Merci !
Régénère.org en la personne de Thierry Casasnovas appuie le projet et a manifesté son soutien logistique, informatif et moral. Thierry m'aide à bien affiner l'écriture du film et l'approche holistique du jeûne. Merci.
Le Chou Brave est le magasine de l'alimentation vivante. Je collabore à cette revue documentée et fruitée depuis le début, et le magasine a décidé de doter une de nos contreparties sur la collecte de fonds, et d'offrir des abonnements aux internautes donateurs. Merci.
Science et Bien-Être est l'entreprise de Simon, le chanteur de Chair Chant Corps : il fut l'un des premiers artistes à faire confiance à Planète.D et aujourd'hui il co-finance généreusement le film "La Marche Sans Faim". Merci.
Tous les accessoires permettant de charger mon fatbike proviennent de High Mobility Gear en la personne de David Thomas. C'est inouï ce que ce matériel permet ! Faire tenir toute ma vie et mon matériel audiovisuel sur un vélo... Merci.
Après une projection de Tuani, Harry, l'opticien de Pontcharra, m'a spontanément proposé de m'équiper avec des lunettes de sport/soleil adaptée à ma vue. "Tu es le porte-parole de l'inconscient collectif", m'a-t-il dit, "car on voudrait tous vivre de telles aventures !". Ça m'a touché ! Merci.
La société EU Juicers, spécialiste des extracteurs de jus, co-finance le film et nous fait faire un bond en avant très "juicy" 😉 Merci.
Depuis 2013, Cyclable m'est un partenaire fidèle. Céline a toujours prêté une oreille attentive à tous mes projets et toutes mes demandes et les magasins du réseau sont tenus et animés par des experts, des passionnés, qui connaissent leur matériel sur le bout des doigts et je travaille toujours en toute confiance avec ces copains là ! Merci.
Les algues Marinoë, j'en consomme quasi quotidiennement depuis de longues années. Il faut dire que ce petit fabricant et distributeur bio breton me soutient sans faillir. La multi-mono-diète qui est la mienne en vadrouille et par exemple lors de La Marche Sans Faim - fruits, graines germées, algues - est aussi permise par la générosité de Marie-Dominique et son équipe. Merci.
Régis avait soutenu le projet "Pneus Hiver Obligatoires" et il est d'ailleurs intervenu dans le film. Aventure Nordique avait à l'époque fourni entre autres un duvet minimaliste douillet et chaud que j'utilise encore et qui a gardé toute son actualité. Cette fois Régis a décidé de co-financer le film "La Marche Sans Faim". Merci.
Kévin est un "nomade digital", un voyageur permanent qui se rémunère au fur et à mesure de ses périples, avec astuce, travail et bon sens : Le Nomade Digital. Il a eu le coup de coeur pour "La Marche Sans Faim" et nous co-finance généreusement. Kévin pratique la Wim Hof method, aime endurcir son corps et explorer ses aptitudes naturelles.
Tiboom est un créateur de saveurs à base d'algues. Une petite équipe de gens passionnés et passionnants qui inventent de nouvelles façons de manger sain et de manger des algues. Je suis parti en vadrouille avec quelques unes de leurs galettes aux saveurs atypiques et à la nutrition super élevée !

 

 

Devenez co-financeur du film ici !

(vidéo de présentation plus bas)

(pour co-financer par chèque, c’est par ici que ça se passe)

 

 


Toutes les photos ici.

 

Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

2 thoughts on “[LMSF] Des nouvelles du jeûneur, marcheur & hygiéniste (8)

  1. les coulisses sont aussi intéressantes que spectacle, en attendant que le film soit monté, merci pour ces flashs . Je profite de l’ occasion pour signaler que la plateforme proarti ne donne pas de réponse lorsqu’on leur pose une question sur le financement participatif Ma question était : est ce que le paiement par play pal est possible. Bonne et belle journée.

    • Merci pour votre soutien.
      J’ai observé effectivement que la plateforme ProArti n’était pas du tout à la hauteur de nos attentes : site plein de bugs, SAV absent, plateforme de gestion de la collecte peu ergonomique. C’est la première et dernière fois que je passe par eux. A ma connaissance, il doit être possible de faire un bon via PayPal mais je n’en jurerais pas, souvent ces plateformes fonctionnent via Carte Bleue. Mais ici sur Planète.D nous acceptons les dons via PayPal 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.