Nourriture minimaliste en expédition

Petite analyse nutritionnelle et énergétique de mon paquetage de victuailles pour partir tourner le film La Marche Sans Faim avec Florian Gomet. Dans le tableau ci-après, retrouvez en bas les aliments que j’emmène et dans la suite de l’article leur analyse nutritionnelle. [publié initialement le 20/7/2018 ; mis à jour le 4/10/2018 suite à une erreur de calcul]

 

 

 

Si je me base sur le besoin calorique classique d’un homme adulte, un test simple fournit ce résultat : il me faut environ 2400 Kcal / jour.

– source Doctissimo

Comme je dois fourni un effort conséquent, j’arrondis à 3000 Kcal / jour.

J’ai passé 2 semaines sur le terrain en autonomie, soit 15 jours.

15 jours x 3000 Kcal = 45 000 Kcal >>> 11 674 Kcal de mon paquetage…

 

Donc d’après la calculatrice, je suis très nettement loin du compte !

Pourtant sur le terrain, mes sensations étaient bonnes avec des repas minimalistes au quotidien – environ 250 grammes de matière sèche. Il m’est arrivé quelques fois de trouver à manger dans une cabane (fruits secs, muesli, barres céréalières…) et face à l’enjeu de sécurité (au col du Caribou par exemple, nous avons été bloqués 2,5 jours par le mauvais temps) je n’ai pas tenté le diable au point d’ignorer ce carburant « supplémentaire ». Oui mais au final, je suis parvenu au mile 222, arrivée du parcours, avec encore dans la besace une petite moitié de mes réserves alimentaires listées ci-dessus (d’où les guillemets à « supplémentaire »). J’ai le sentiment que j’aurais donc pu tenir et fonctionner les 15 jours uniquement sur mes victuailles d’expédition… Mais ayant opté pour la « sécurité » dans les quelques cabanes, je ne peux prouver mon assertion. Je le regrette beaucoup, car la crainte de faire une erreur stratégique dans ma gestion de mon carburant – avec les 45 kilos de mon chargement qui me coûtaient un effort considérable, sans parler des rivières froides à traverser avec tout ça – m’a fait opter pour une forme de sursis qui invalide de fait mes attentes en terme d’expérimentation. Je n’ai que mon intuition et des faits partiels pour le dire : certains jours, j’ai pédalé jusqu’à 13 heures, en consommant mes mini-repas (en clair, une poignée de chaque aliment de la liste) ; certains autres jours, je n’ai même consommé qu’un unique mini-repas. Dans l’effort mes sensations étaient toujours bonnes, je n’ai pas failli ni flanché, pas ressenti de fatigue exceptionnelle – c’était éprouvant mais tout à fait gérable. J’ai parfois tiré sur la corde, attendant trop longtemps pour me nourrir, et me suis fait rappeler à l’ordre par mon corps qui a exigé sa pitance, mais alors, un mini-repas convenait. J’ai observé une perte de poids, d’environ 2 kilos, donc il est certain que j’ai consommé un peu de mes maigres réserves anatomiques également. Entre ça, l’excédent de nourriture d’expédition à l’arrivée, les petits ajouts… moralité, je ne sais que conclure !

Car je vous le confesse sans détour : j’avais initialement dans ce même article publié des calculs parfaitement erronés !

Suite à une erreur de manipulation dans mon tableau Excel, j’estimais mon paquetage comme 10 fois plus calorique qu’il n’était en réalité… (je suis véritablement une catastrophe avec les chiffres ! ne me confiez jamais votre comptabilité ;-)). Mais tenez-vous bien : confiant et naïf, je suis parti « la fleur au fusil » pour l’expédition, avec mes 3,7 Kg de nourriture séchée… et je n’ai guère eu besoin de plus, comme expliqué plus haut – ai-je même eu besoin de plus ? il va falloir retourner en expédition our tester encore et encore je crois… Je pense sincèrement qu’avec ce paquetage alimentaire je peux fonctionner 2 semaines dans ces conditions plutôt ardues. Mais bon… avec des croyances et des convictions, on arrive à se faire croire ce qu’on veut. Je me méfie de mon enthousiasme et de mon imaginaire.

Cependant. Serait-ce l’occasion d’une réflexion sur notre (sur)consommation et nos (réels) besoins alimentaires ? D’une ré-évaluation des bases de calcul des calories nécessaires par jour ? je l’ignore… Ma démarche est d’expérimenter toujours plus de sobriété, de frugalité et de simplicité pendant les voyages. Et de répercuter cela à domicile, car justement je suis très gourmand et j’ai bien conscience de mes excès alimentaires, même encore aujourd’hui, après être passé au jeûne intermittent et au végétalisme crudivore majoritaire. J’ai faim de sobriété alimentaire !

 

La Figue

– source Aprifel

– source Ciqual

 

La Tomate

– source Aprifel

– source Ciqual

 

La Pomme

– source Aprifel

La Datte

 

– source Ciqual

 

Je suis en partenariat, depuis TUANI (2016) avec cette petite entreprise conjugale bretonne qui invente et fabrique des super-snacks ou super-aliments à base de cru, d’algues, de fruits, de nature quoi, et qui est bourrée d’idées innovantes tout en fournissant des bouchées hyper-énergétiques. On les glisse dans le sac sans y penser et on carbure avec toute la journée…

 

L’Oignon

– source Aprifel

 

– source Ciqual

 

La Noix du Brésil

– source Ciqual

 

La Lentille Germée

– source Ciqual

 

L’Algue Nori

– source Ciqual

 

 

 

Devenez co-financeur du film ici !

(pour co-financer par chèque, c’est par ici que ça se passe)

 

Nos Partenaires

Matériel Aventure fournit mon équipement bivouac, un kit de recharge solaire, du répulsif et un chapeau équipé d'une moustiquaire.... A souligner que depuis le projet "71° Solitude Nord" en Laponie, j'ai toujours pu compter sur Thomas et son équipe ! Merci.
Pimp Me Green, c'est le blog de l'alimentation végétale gastronomique et saine et de la santé holistique ! Il regorge de recettes savoureuses et d'articles de vulgarisation passionnants, entre autre sur... le jeûne. Merci à Sarah de nous aider pour la partie suivi biologique !
La Fédération Française de Jeûne et Randonnée est le premier financeur du film à s'être manifesté. Avec le soutien de quelques internautes, c'est cet élan de base qui a démarré la fabrication concrète de "La Marche Sans Faim". Merci !
Régénère.org en la personne de Thierry Casasnovas appuie le projet et a manifesté son soutien logistique, informatif et moral. Thierry m'aide à bien affiner l'écriture du film et l'approche holistique du jeûne. Merci.
Le Chou Brave est le magasine de l'alimentation vivante. Je collabore à cette revue documentée et fruitée depuis le début, et le magasine a décidé de doter une de nos contreparties sur la collecte de fonds, et d'offrir des abonnements aux internautes donateurs. Merci.
Science et Bien-Être est l'entreprise de Simon, le chanteur de Chair Chant Corps : il fut l'un des premiers artistes à faire confiance à Planète.D et aujourd'hui il co-finance généreusement le film "La Marche Sans Faim". Merci.
Tous les accessoires permettant de charger mon fatbike proviennent de High Mobility Gear en la personne de David Thomas. C'est inouï ce que ce matériel permet ! Faire tenir toute ma vie et mon matériel audiovisuel sur un vélo... Merci.
Après une projection de Tuani, Harry, l'opticien de Pontcharra, m'a spontanément proposé de m'équiper avec des lunettes de sport/soleil adaptée à ma vue. "Tu es le porte-parole de l'inconscient collectif", m'a-t-il dit, "car on voudrait tous vivre de telles aventures !". Ça m'a touché ! Merci.
La société EU Juicers, spécialiste des extracteurs de jus, co-finance le film et nous fait faire un bond en avant très "juicy" 😉 Merci.
Depuis 2013, Cyclable m'est un partenaire fidèle. Céline a toujours prêté une oreille attentive à tous mes projets et toutes mes demandes et les magasins du réseau sont tenus et animés par des experts, des passionnés, qui connaissent leur matériel sur le bout des doigts et je travaille toujours en toute confiance avec ces copains là ! Merci.
Les algues Marinoë, j'en consomme quasi quotidiennement depuis de longues années. Il faut dire que ce petit fabricant et distributeur bio breton me soutient sans faillir. La multi-mono-diète qui est la mienne en vadrouille et par exemple lors de La Marche Sans Faim - fruits, graines germées, algues - est aussi permise par la générosité de Marie-Dominique et son équipe. Merci.
Régis avait soutenu le projet "Pneus Hiver Obligatoires" et il est d'ailleurs intervenu dans le film. Aventure Nordique avait à l'époque fourni entre autres un duvet minimaliste douillet et chaud que j'utilise encore et qui a gardé toute son actualité. Cette fois Régis a décidé de co-financer le film "La Marche Sans Faim". Merci.
Kévin est un "nomade digital", un voyageur permanent qui se rémunère au fur et à mesure de ses périples, avec astuce, travail et bon sens : Le Nomade Digital. Il a eu le coup de coeur pour "La Marche Sans Faim" et nous co-finance généreusement. Kévin pratique la Wim Hof method, aime endurcir son corps et explorer ses aptitudes naturelles.
Tiboom est un créateur de saveurs à base d'algues. Une petite équipe de gens passionnés et passionnants qui inventent de nouvelles façons de manger sain et de manger des algues. Je suis parti en vadrouille avec quelques unes de leurs galettes aux saveurs atypiques et à la nutrition super élevée !
Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

4 thoughts on “Nourriture minimaliste en expédition

    • Bonjour.
      Mon fatbike, assemblé en tubes renforcés pour survivre à mes expéditions, pèse effectivement 16 Kg à VIDE.
      Chargé à bloc, j’atteins environ 45 Kg : 12-14 kKg d’équipement audiovisuel, bivouac, habits, outils etc… comme expliqué dans mes articles.
      Je suis curieux de savoir ce que tu emmènes et quel vélo tu as pour que ton poids final total « chargé à bloc » soit de 16 Kg 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.