Ca va la tête ? (la DNews des nouvelles du front)

Ce n’est pas moi qui le demande, mais plutôt à moi que la question se pose.
En effet j’ai pris une décision lourde de conséquences, y compris cérébrales…
J’ai repris le ski de randonnée.
Enfin, repris… bel abus de langage que voilà.
Ce n’est pas comme si j’avais jamais vraiment fait de ski de randonnée – ni abandonné le ski de piste au moment de ma découverte troublée et un rien embarrassante du phénomène dit des émissions nocturnes (non, il ne s’agit pas d’une référence télévisuelle, et comment ça, quel est le rapport ? la couleur pardi !).
Autant dire que c’est du beau travail. D’où la question, car il semblerait que je skie beaucoup avec le cuir chevelu. C’est du moins ce que racontent les esprits patients mais sarcastiques qui daignent gâcher une journée pour m’emmener à la neige. Moi je ne me souviens de rien. Mais qu’est-ce que je m’amuse ! C’est comme si je découvrais la cuite à 33 ans : entre les gamelles et l’épuisement j’oublie mais sur le moment on se fend la gueule.
Je sais que je brise là un mythe car d’aucuns me voient comme un héros moderne de l’aventure, intrépide et polyvalent.
Mais autant dire que ma technique de descente est à ma performance à la montée ce que la face cachée de la Lune est à l’observation astronomique (une impossibilité mathématique) ou encore (pour rester dans l’espace) ce que les bruits d’explosion dans Star Wars sont à la science (une contradiction totale).
Qu’à cela ne tienne ! Je persévérerai ; je n’ai besoin, finalement, que d’une liste hebdomadairement renouvelée de bonnes âmes pour m’emmener.
Avis aux amateurs de montées dynamiques et de descentes par pallier ! Rires assurés, en revanche-avalanche…
Poussez fort !

L’accouchement est pour bientôt (dans un mois, fin du labeur) : notre livre “No Man Iceland” paraîtra le 22 février prochain et vous pourrez vous ruer dessus sur notre site www.planeted.eu
Le lecteur assidu (bout des fesses) pourra découvrir un élément de couverture en avant-première exclusive là :
Alors ça ne vous inspire rien ? Ah-ahhhhh…
Une table et un cheval mort
C’est au 35 rue André Rivoire, quartier des Eaux Claires, que se rejoignent une table et un cheval. Mort.
Delphine avait dit, laconique “Tu passes récupérer ta table avant l’emménagement du prochain locataire”
Un truc me titillait au moment de raccrocher le téléphone… Par souci de sécurité, et pour avoir un témoin en cas de problème, j’appelais jovialement mon pote Francis Spaddeville qui habite pas loin (Spaddeville n’est pas son vrai nom, mais celui de son entreprise, qui conçoit et fabrique les révolutionnaires Fulap qui depuis l’Islande nous protègent de la pluie : http://www.spaddeville.com/).
“Et Franciso, j’ai une table à descendre à la cave, tu peux me filer un coup de pouce copain ?
– Pas de souci, je saute sur mon pédalo-mobil et j’accoure tel Zorro pourfendant l’injustice”
(il est un peu lyrique Francis mais je l’aime bien)
La-dite table se présente ainsi très sobrement :
– des pieds pliables en tubes d’acier fin, très légers et eu encombrants
– un plateau, finement décoré de mosaïque méditerranéenne et qui appelle à consommer du carpaccio de boeuf vêtu d’une chemise blanche entrouverte sur un poitrail velu un soir d’août, plateau constitué sobrement d’une dalle en béton armé et qui, comme dirait Francis…
… “pèse son putain de cheval mort nom d’un Besenville !”
(il est un peu paillard Francis mais je l’aime bien)
Et d’ajouter, rubicond, les doigts déjà écrasés par 34 secondes de portage de cette foutue table :
“Mec, j’ai pas entendu le doux cliquetis du mécanisme d’un ascenseur en grimpant tes 5 étages, tu te fous de moi ou tu te fous de moi nom d’un Fulap !”
(il est un peu sardonique Francis mais je l’aime bien)
Et nous voilà tous les 2 bravant l’impossible et descendant cinq étages, en portant CE FICHU CANASSON CREVÉ EN FORME DE TABLE DE M***$$$$
Pardon je m’emporte mais c’est que j’y ai laissé une clavicule dans l’affaire, Francis 3 phalanges et depuis il ne me parle plus et quand je le croise dans les rues de notre capitale du monde (Grenoble) il secoue ses bouclettes brunes d’un air boudeur et fonce vers d’autres altercations sociales.
Car après 5 étages et une chicane de double porte de cave dans le noir, quelques trous dans le plâtre des murs de la cage d’escalier et une collection de courbatures et d’ecchymoses indescriptibles à faire pâlir une star du bondage, l’information fatidique m’est revenue…
La première fois qu’il a fallu déplacer cette table, nous étions 6.
Tous candidats 2012
Parfaitement.
Mon affiche
Des nouvelles de JAAAAAAMES
(vous en voulez toutes n’est-ce pas ?)
Les facéties de mon camion ne cessent donc jamais puisque j’ai récemment eu le plaisir de faire une tournée en Alsace, l’autre pays de la Wehrmacht,  sans marche arrière. C’est un peu comme manger de la choucroute sans fourchette. Ca marche moins bien. Très pratique et pas stressant pour le moins du monde quand on a un bahut de 6 mètres et presque 3 tonnes.
Heureusement pour les galériens du véhicule comme moi il y a les copains et en particulier les copains génialement doués de la mécanique :
Mich’ a réparé la marche arrière de James en 45 minutes quand le garage Mercedes avait passé plus d’une heure à trifouiller le bouzin pour un résultat zéro.
Ca donne à méditer.
Mes amoureuses et moi

Je suis assis sur un tabouret au milieu du salon. Delphine me coupe les cheveux. Accessoirement, je suis tout nu – c’est plus pratique pour sauter directement sous la douche après et se rincer. Lirio débarque et pose sur la scène un oeil intrigué. Dialogue de femmes :
“Tu fais quooooi Mamaaaaan ?
– Je coupe les cheveux de Damien.
– Ah oui. Couper les cheveux de Damien.
– Voilà.
– Ah oui.” 
Le regard de Lirio descend un peu.
“Mais pas couper le zizi de Damien.
– Non. Que les cheveux.
– Ah oui. 
– Le zizi, c’est le jouet de Delphine.
– Ah oui.”
Mignon hein ? Attendez la suite… (oui je sais bien que vous en voulez encore)
Bref. Je suis fou de ma fille.
Je lis une histoire à Lirio, je suis pris d’une quinte de toux. Je tousse. Elle me caresse la tête : “ça va ?”. Je tousse. Elle me caresse la tête : “ça va ?”. Elle me prend dans ses bras et me fait un câlin. Je tousse. Elle me caresse le dos et me dit “je te fais des caresses”. Je lui dis “je t’aime Lirio”. Elle me dit “je t’aime Damien”. Je tousse plus. On finit l’histoire. Je la couche. Elle me dit “bonne nuit papa”.
Bref. Je suis fou de ma fille.

Hommage à Gaia Store, disparu en 2011
SPAMa faute !

Tu veux soutenir Planète.D – les petits indépendants qui se battent dans la cour des grands – et diffuser son travail ? Voici une plaquette de présentation de l’ensemble de la matière Planète.D (films et conférences, expos photos, livres) : https://www.planeted.eu/dossierpresse/PlaneteD-DossierPresentation.pdf /// Partage, diffuse autour de toi ! 

Envoie ce lien à 10 personnes de ton entourage et dans les 10 jours et tous les jours (et téléphone-leur aussi tant que t’y es) :
– ta calvitie ne sera plus qu’un mauvais souvenir (pour les garçons) OU ta poitrine cessera de tomber (pour les filles) OU les deux (pour les autres)
– la voisine qui te bourre les nerfs avec son clébard insupportable fera une chute mortelle dans le conduit du vide-ordures (à cet âge avancé on retrouve sa souplesse d’antan)
– cette jolie nana que tu croises dans le tram tous les matins oubliera son sac à main sur le siège avec 1. ses coordonnées 2. 400 € en liquide, la balle est dans ton camp (respectivement mec mignon et sac à dos)
– tu pourras te désinscrire de notre newsletter insupportable…
– il te poussera un 3ème bras pour pouvoir te gratter incognito où tu veux 

Ceci n’est PAS un SPAM cela a été prouvé par un médecin chinois devin en 834 et validé récemment par Gilbert Montagner.
(comment ça, a-t-il retrouvé la vue ? CALVITIE j’ai dit bon sang)

Sinon

On en reparlera mais en mars Planète.D sera :
– au festival du carnet d’aventure de Cranves-Sales (c’est du propre) les 3 et 4 mars
– au muséum d’histoire naturelle de Grenoble le 6 mars (pour une histoire naturelle d’un voyage en Islande)
– au festival Partances de Toulouse les 9 et 10 (pour nous reconnaître : on ne mangera pas de saucisse)
et j’en passe.
Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *