[JUS VERTS ET PÉDAGOGIE PARTICIPA(C)TIVE] Impliquer et non pas contraindre

Initialement publié le / Originally posted on 19 mars 2018 @ 7:08

Je répète régulièrement que dans mon éducation et ma façon d’éveiller mes filles, il n’y a pas d’obligation mais des règles et pas de contraintes mais un engagement fort. Il va sans dire que c’est dans le domaine de l’alimentation que c’est à la fois le plus probant et le plus délicat. Je voudrais prendre ici un exemple concret d’éveil et d’intégration, tout à la fois d’une pratique alimentaire dans la routine des enfants et des enfants dans cette pratique. Pour les bienfaits des jus verts, reportez-vous en fin d’article.

 

Le jus vert !

Voilà quelques années, quand j’ai introduit les jus verts dans mon alimentation et celle de ma famille, je pense clairement avoir été perçu par mon ex-compagne mais aussi par mes enfants, comme un enquiquineur de première. Je reconnais volontiers qu’au début, tous mes breuvages n’ont pas été fameux – le syndrome de l’enthousiaste candide qui fait n’importe quoi et trouve ça bon parce qu’il est convaincu alors qu’en réalité… c’est abominable (un exemple, le jus d’ail des ours, de poireaux et de fanes de radis, même avec beaucoup d’oranges, ça ne passe pas ; non n’insistez pas, c’est mauvais…).

Je n’ai pas fait front. Mais j’ai persisté à me faire mes jus (qui sont devenus rapidement excellents, une fois déterminé le bon équilibre). L’appareil étant ludique et un peu saugrenue, il a attiré l’attention de mes filles. Qui ont petit à petit développé l’habitude de m’aider à préparer mon jus, puis même de le préparer pour moi.

“On te le fait mais on en boit pas !”, me prévenaient-elles. Soit. Je trouvais déjà ça intéressant qu’elles pratiquent la confection. Et nous devisions gaiement, essentiellement des bienfaits des jus et de pourquoi j’en buvais. Au passage, elles croquaient abondamment dans les ingrédients bruts vers lesquels elles étaient attirées, ce qui est toujours ça de pris – qui n’a pas rêvé de voir ses rejetons dévorer à pleines dents du fenouil, du céleri, des épinards ou des herbes aromatiques ? Non vraiment ? moi so, et mes enfants croquent les verdures crues depuis leur petite enfance.

Car la pédagogie, c’est beaucoup je crois affaire de bien verbaliser – exhaustivement et simplement. Le “Fais ce que je dis pas ce que je fais”, hélas expérimenté parfois dans notre enfance, n’a aucun sens à mes yeux. L’enfant n’est pas dupe des contradictions de l’adulte (et lui renvoie volontiers à la face si on le laisse s’exprimer). Moi le premier, si je reçois une injonction non justifiée, non argumentée, et quand bien même je la perçois comme pertinente, je n’ai aucune envie de la suivre et en général, soyons francs, je fais le contraire. Oui je sais, je suis un emmerdeur. Et quelque part j’encourage mes filles à l’être également. Au moins elles seront armées pour la vie et ne se laisseront pas faire.

Pourquoi encourager les enfants à cuisiner?

“Lorsqu’il cuisine avec vous, votre enfant développe un plus grand intérêt pour les aliments et les nouvelles saveurs. Il est aussi plus tenté de goûter un plat lorsqu’il a participé à sa préparation.

De plus, cuisiner permet à votre enfant de développer son autonomie, sa confiance en lui, sa créativité, sa dextérité et sa motricité fine. Si votre enfant est un peu plus vieux, il met en pratique des notions apprises à l’école, comme la lecture, les mathématiques (unités de mesure, fractions, multiplications ou divisions si la recette doit être doublée ou réduite, etc.) et la science (les desserts impliquent souvent des notions de chimie). Tout ça sans compter qu’il apprend à se nourrir, ce qui le prépare à prendre soin de lui lorsqu’il sera adulte.”

➡️ source : Naître Et Grandir

 

Mais avec mon extracteur, là, finalement ma tempérance a été couronnée de succès. Car à force d’en faire pour moi, des jus, les petites ont lentement mais sûrement pris l’habitude d’en goûter. Je reconnais bien volontiers qu’elles sont très ouvertes et acceptent, voir proposent d’elles-mêmes de goûter à tout. Dans le cas des jus, le cap est désormais passé : nous les faisons tous les trois, nous les buvons tous les trois – tous les 4 même désormais avec ma compagne Sarah. Elles sont en train d’intégrer cette bonne habitude à leur routine, en autres, parce que je les ai intégrées à l’habitude, sans forcer la main.

“L’enfant qui choisit les ingrédients et décide des quantités augmente son sentiment de compétences et sa confiance en lui. Quand l’enfant en est à ses premières expériences culinaires, l’adulte peut l’encourager et éviter d’imposer trop de règles qui pourraient réduire son plaisir d’expérimenter ; un peu comme on laisse dessiner un enfant sans trop de contraintes. On peut le laisser préparer un plat selon ses envies : c’est une belle occasion pour lui d’exercer son autonomie. L’enfant peut aussi collaborer au choix de la recette et participer aussi à l’achat des ingrédients ; ce qui augmentera son plaisir de préparer son repas.”

➡️ source : Les Pros De La Petite Enfance

Et nous créons, l’air de rien, un moment de partage ludique et instructif. L’enfant a terriblement besoin, je crois, de faire par lui-même et de se sentir utile, que l’objet de cette action revête un intérêt pour sa petite communauté – la tribu, la famille, la classe, la fratrie. La liberté d’action que nous pouvons lui offrir, encadrée par notre guidance, et la pertinence comme l’utilité de l’acte, lui donneront envie de tester par lui-même bien plus que tous nos discours de promotion les plus affûtés. Dans le cas de notre jeu des jus verts, formulé autrement, ce n’est pas mes proses vantant les mérites et les bienfaits du breuvage qui ont conquis mes filles et les ont converties à la boisson mais le fait de participer activement à son élaboration en ressentant la force de l’utilité de leur action. C’est ça le fonctionnement de tribu, comme chez les grands singes : le petit apprend et comprend en imitant le grand et en contribuant à l’œuvre collective.

Sur ce – à votre santé !

Pourquoi boire des jus verts ?

[source : Santé Avenir ]

Les jus verts, et particulièrement ceux à base de légumes, agissent sur l’ensemble de l’organisme. De ce fait, une consommation régulière permet d’améliorer la santé de manière générale. Parmi leurs principaux bienfaits, on notera par exemple que les jus verts ont les effets suivants.

Régénérer les cellules

Pour se renouveler correctement, les cellules de notre corps ont besoin d’une bonne hydratation. Boire une quantité suffisante d’eau permet de constituer un apport conséquent dans un premier temps. Mais comme l’eau n’est retenue dans nos tissus qu’avec les réserves minérales, il faut penser à une boisson plus complète. C’est là que le jus vert intervient, car il contient à la fois une bonne quantité d’eau et de minéraux pour hydrater les cellules. D’autres part, le jus vert a la capacité de nourrir les cellules pour qu’elles puissent rester en bon état. Il contient une quantité importante de micronutriments tels que les antioxydants et les vitamines qui contribuent à garder les cellules en bonne santé.

Stimuler l’appareil digestif

Si le processus de digestion dure environ 30 minutes pour des légumes crus à l’état solide, boire un grand verre de jus frais permet d’assimiler le tout en seulement quelques minutes. Les nutriments passent directement vers les cellules et restent intacts durant toute la digestion, d’autant que cela facilite le travail de l’appareil digestif. Face à une abondance de fibres, ce dernier a tendance à s’irriter ; le jus vert peut alors servir de détox pour éliminer les résidus de fibres de l’intestin et limiter les troubles digestifs. La charge digestive étant réduite, le corps sera donc plus énergique !

Quel jus pour quel effet ?

Les bienfaits du jus vert ne sont plus à prouver. Avant de commencer une cure, il faut toutefois choisir les ingrédients à utiliser pour ses recettes en fonction des objectifs que l’on souhaite atteindre. Pour vous faciliter la tâche, voici quelques légumes verts que l’on peut utiliser pour créer des recettes :

  • L’épinard : Il contient une quantité importante de vitamine C, de chlorophylle et d’acide oxalique qui stimule le péristaltisme intestinal.
  • Le concombre : Non épluché, ce dernier offre un apport conséquent d’eau et de minéraux. Un jus de concombre est idéal pour ceux qui souhaitent une hydratation de la peau et du corps. Il détient également un effet diurétique.
  • Les choux : Ils sont constitués d’une quantité importante d’antioxydants qui permettent de limiter le développement des cellules cancéreuses. Les choux permettent également d’éliminer les gaz et certains mucus.

Moralité ?

Résumons et reformulons grâce au site Biolaune :

Non seulement les jus verts sont très bons à déguster mais ils offrent donc de nombreux bienfaits nutritionnels. De manière générale, les fruits et les légumes sont riches en vitamine A, C et E et aussi en oligo-éléments comme le fer, le zinc, le manganèse, le calcium, le magnésium, minéraux indispensables à notre organisme. En consommant des jus verts, nous renforçons notre tissu osseux et stimulons nos défenses immunitaires, tout en agissant de manière préventive sur les maladies cardio-vasculaires et le développement du mauvais cholestérol.

De plus, les légumes verts sont une excellente source de chlorophylle dont les bienfaits sur l’humeur, la santé et l’énergie ne sont plus à démontrer. Consommer des jus verts permet également d’obtenir une meilleure digestion grâce aux nombreuses fibres contenues dans les légumes. Ils ont aussi un effet détoxifiant puisqu’ils vont favoriser l’élimination des toxines et des déchets sans fatiguer le foie et les reins.

source : Biolaune

Zoom sur la chlorophylle

Piqué sur le blog de mon amoureuse naturopathe, ingénieure en génie biologique et cheffe en gastronomie végétale Sarah Juhasz…

La chlorophylle, mot composé à partir du grec ancien χλωρός / khlôrós (« vert ») et φύλλον / phúllon (« feuille »), a été découverte en 1816 par deux pharmaciens et chimistes. Ce pigment végétal est présent dans les plantes et est responsable de la photosynthèse. Il donne aux plantes leur belle couleur verte.

source Pimp Me Green

Saviez-vous que la chlorophylle a une structure analogue à l’hémoglobine du sang ? Ces deux molécules sont construites autour d’une structure appelée « anneau de porphyrine », une structure cyclique généralement impliquée dans le transport du dioxygène et pouvant jouer le rôle de cofacteur lié à certaines enzymes. La chlorophylle présente cependant un noyau de magnésium au lieu d’un noyau de fer pour l’hémoglobine (ce qui donne cette couleur rouge au sang). C’est donc une excellente source de magnésium naturel.

Tout comme l’hémoglobine, la chlorophylle piège ainsi l’oxygène et la libère dans le sang, apportant un surcroit d’oxygène très intéressant. Certaines recherches ont montré qu’elle permettait aussi d’augmenter les globules rouges dans le sang. En 1956 déjà, un article indiquait que l’hémoglobine et la chlorophylle étaient les deux pigments les plus importants pour la vie sur terre[1].

source Pimp Me Green

La chlorophylle, également appelé « green blood » en anglais, possède de nombreux bienfaits de la bouche au rectum :

Retrouvez l’article complet de Sarah, qui parle également de l’herbe de blé, ici.

Recettes simples

Sur une base de 60-70% de verdure pour 30-40% de fruits pour commencer, vous pouvez réaliser les mélanges simples suivants.

Pommes
Fenouil
Céleri

Carottes
Patates douces
Persil

Épinards
Oranges
Menthe

L’idée, c’est de faire le plein, pas de chipoter à la gorgée, hein ?

Retrouvez Lirio et Luce dans notre série sur le bonheur après une séparation sur la page “Parti au petit bonheur

Partis au petit bonheur, une série sur le bonheur après la séparation

Pour mes réalisations sur la santé et le pouvoir du corps humain…

… c’est par ici que ça se passe !

LA MARCHE SANS FAIM

“En marchant 360 km et 14 jours sans rien manger, je voulais démontrer l’incroyable pouvoir du corps humain.”

Florian Gomet

360 kilomètres, 0 calories : les monts Mackenzie sans manger…

➡️ pour tout savoir sur le jeûne, ses bienfaits et les aptitudes incroyables du corps
➡️ pour prendre confiance en soi et s’émerveiller de son immense potentiel naturel
➡️ pour découvrir une région sauvage inhabitée du grand nord canadien

ACHETER LA VERSION ÉTENDUE (75 MIN) EN LIGNE
ACHETER LA VERSION NORMALE (55 MIN) EN LIGNE
ACHETER LA SÉRIE ULTRA-COMPLÈTE (2H30+1H) SUR CLÉ USB
VOIR L’AGENDA DES SÉANCES DE PROJECTION

¡TUANI!

“Grimper des volcans, les descendre à vtt fatbike, et parcourir le Nicaragua, le tout en mangeant fruits et graines germées… voilà qui battait en brèche les conventions et idées reçues sur l’alimentation des sportifs !”

Damien Artero

Une aventure fruitée à fatbike sur les volcans du Nicaragua…

➡️ pour tout savoir sur les bienfaits de l’alimentation végétale crue et sa validité
➡️ pour prendre confiance en soi et s’émerveiller de son immense potentiel naturel

ACHETER LE FILM EN LIGNE

¡Tuani! – un bon “film de cru”…

DVDVERSION COMPLÈTE - BONUS+INTERVIEWS INTÉGRÉS
DVD - Tuani - 15 €

Livraison/Shipping :
Quantité:  

Courir en couple des marathons extrêmes sur 5 continents et 2 pôles

➡️ pour découvrir la naturopathie et la médecine chinoise
➡️ pour prendre confiance en soi et s’émerveiller de son immense potentiel naturel

ACHETER LE FILM EN LIGNE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *