Mise au point – n’en déplaise à la police du cru

Initialement publié le / Originally posted on 28 avril 2017 @ 7:43

“Alors tu es crudivore Damien ?”

Mmmmm…

“Ah c’est vrai que tu ne manges que des graines toi !”

Ah bon ?

“Ah tiens, tu manges du chocolat toi ? Ah mais tu as goûté mon gâteau ? Dis-donc mais je t’ai vu piocher dans les chips, je croyais que tu ne consommais pas ces choses là moi… C’est interdit pour toi ! T’as pas le droit !”

Pardon ?

Permettez-moi une petite mise au point

Je n’aime pas les étiquettes, je ne me revendique pas d’appartenance à une catégorie, je ne défends les couleurs de personne.  Si dire “je suis crudivore végétalien” implique que je doive suivre un cahier des charges et qu’on me flique tout le temps pour vérifier que je suis bien à la hauteur de ce que l’annonce présage – exigence qui n’est pas la mienne mais semble être celle de mes interlocuteurs parfois – alors NON, je ne suis pas crudivore végétalien. Ce n’est pas comme annoncer sur la devanture d’une exploitation “agriculture bio” avec le label AB. Je ne suis pas une entreprise mais une personne.

Je pratique l’alimentation vivante ; je pratique le cru végétal. C’est mon alimentation principale.

Je pratique le trail en montagne ; je cours, j’aime ça. Je ne fais pas QUE ça. C’est mon sport principal.

Je pratique le fatbike, j’adore faire du vtt. Je ne fais pas QUE ça. C’est mon sport principal. Ça en fait deux. Je sais. Je m’en fous je dis ce que je veux.

Je suis ouvert, changeant, flexible, pluriel. Il y a peu de constantes dans ma vie, et beaucoup d’intentions fermes, qui ne le restent que parce que justement je suis ouvert et flexible par ailleurs.

Vous me suivez ?

Je suis flexible et je suis sensible. Je suis humain.

Quand la femme que j’aime part quelques jours, je mange des chips pour compenser.

Quand j’ai eu une journée intense, chargée ou exigeante, j’ai envie d’une bonne douche et d’un carré de chocolat  – je “nourris mon corps émotionnel”, me dirait quelqu’un qui m’est proche.

Bin oui. Et figurez-vous que j’assume complètement.

Quand mes filles en ont marre des crudités, je leur fais griller des saucisses de soja que je savoure avec elles, trempées (les saucisses, pas mes filles) dans une mayonnaise maison avec des gousses d’ail et des algues.

Il y a plein d’aliments que je n’arrive plus à consommer – tout ce qui est carné/laitiers –  et plein de cochonneries sur lesquelles je peux me jeter, en apparente contradiction avec tout ce que je raconte : les tartes de Marie-France, les fondants au chocolat de Véronique… Je condamne ouvertement les supermarchés mais je peux m’engouffrer dans l’un d’eux sur un coup de tête pour acheter des fruits congelés et faire une glace à mes filles – “comment ? des fraises en cette saison ?”.

Finalement…

… je suis comme vous : multiple, facétieux, paradoxal aussi.

Un peu pénible.

Humain.

Si je dois m’étourdir de questionnements à chaque fois qu’un aliment m’est présenté, sous prétexte que mon attitude envers lui peut ou non décrédibiliser les projections et attentes qu’on fait sur moi en retour à mes discours, je deviens dingue. Pourtant, qu’on soit clair, des questions, je m’en pose sans cesse. A rendre fous mes proches, parfois.

Cependant…

Chacun met le curseur où ça l’arrange.

Le mien reste en altitude. Si je crois à un mode de vie, il devient une pratique récurrente, majeure et se nourrit d’une intention forte. Le chemin m’importe plus que la destination, comme tout bon voyageur que l’aventure à mûri. L’alimentation vivante, c’est mon chemin et mon intention, pas une cage verte et bobo dans laquelle m’enfermer. Celles et ceux qui me connaissent savent ce qui se passe quand on tente de m’enfermer… Sachez donc que toutes ces petites phrases et ces petites questions, celles de mon premier paragraphe, je les comprends, je les accueille et les accepte. C’est de bonne guerre envers l’excentrique à grande gueule que je suis. Mais je ne les laisse pas m’enfermer, dans une pratique, dans une posture, dans une rigidité. Je suis un roseau, je sais sur quel terreau je pousse le mieux et comment prendre le vent, mais je me contorsionne si ça me chante.

Je ne m’attends à un autre traitement, soyez-en bien sûrs : je sais bien qu’avec les postures que j’ai, les discours que je tiens, les engagements que je prends, on m’attend au tournant. Je joue le jeu, mais j’ouvre ma gueule.

Je vous aime.

Soyez légers et lumineux.


Mes réalisations sur la santé et le pouvoir du corps humain…

… ce sont des films instructifs, formateurs, inspirant, et documentés, sur des personnages forts !
Découvrez les plus bas.

#1
#2
#3
#4
#5

LA MARCHE SANS FAIM

“En marchant 360 km et 14 jours sans rien manger, je voulais démontrer l’incroyable pouvoir du corps humain.”

Florian Gomet

360 kilomètres, 0 calories : les monts Mackenzie sans manger…

➡️ pour tout savoir sur le jeûne, ses bienfaits et les aptitudes incroyables du corps
➡️ pour prendre confiance en soi et s’émerveiller de son immense potentiel naturel
➡️ pour découvrir une région sauvage inhabitée du grand nord canadien

ACHETER LA VERSION ÉTENDUE (75 MIN) EN LIGNE
ACHETER LA VERSION NORMALE (55 MIN) EN LIGNE
ACHETER LA SÉRIE ULTRA-COMPLÈTE (2H30+1H) SUR CLÉ USB
VOIR L’AGENDA DES SÉANCES DE PROJECTION

¡TUANI!

“Grimper des volcans, les descendre à vtt fatbike, et parcourir le Nicaragua, le tout en mangeant fruits et graines germées… voilà qui battait en brèche les conventions et idées reçues sur l’alimentation des sportifs !”

Damien Artero

Une aventure fruitée à fatbike sur les volcans du Nicaragua…

➡️ pour tout savoir sur les bienfaits de l’alimentation végétale crue et sa validité
➡️ pour prendre confiance en soi et s’émerveiller de son immense potentiel naturel

ACHETER LE FILM EN LIGNE

¡Tuani! – un bon “film de cru”…

DVDVERSION COMPLÈTE - BONUS+INTERVIEWS INTÉGRÉS
DVD - Tuani - 15 €

Livraison/Shipping :
Quantité:  

Courir en couple des marathons extrêmes sur 5 continents et 2 pôles

➡️ pour découvrir la naturopathie et la médecine chinoise
➡️ pour prendre confiance en soi et s’émerveiller de son immense potentiel naturel

 

8 commentaires sur “Mise au point – n’en déplaise à la police du cru”

    1. Voilà. Exactement 🙂
      D’autant que j’observe ce phénomène intéressant : la plupart des agents de la police du cru ne sont pas des crudivores végétaliens mais des omnivores conventionnels… mystère !

  1. J’adore ton style d’écriture, c’est un régal de te lire!
    Et j’adore le roseau que tu es… c’est beau un roseau

  2. Et vlan, et bim. J’espère quand même que tu n’auras pas trop chagriné la police du cru, même si au fond ils deviennent très vite leurs propre police en s’enferment dans une cage. C’est dommage 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *