Tes enfants refusent les épinards et ne jurent que par les nouilles ?

49 total views, 1 views today

Eh bien, fais comme moi, bluffe sans scrupules.

Parfaitement.

 

 

Non pas que mes filles soient difficiles à table : elles font des goûter d’algues, s’enfilent avocats et oranges par triplettes, croquent cru le broccoli et l’épinard, se prennent parfois des boulimies de graines germées… mais comme tous les enfants, elles sont sensibles aux influences extérieures, et elles ont envie d’expérimenter les mêmes choses que les copains. Dont acte.

 

 

Mais je ne veux pas les élever dans la coercition et les interdits, non, bien au contraire, dans l’éveil et les possibles. Moi le premier, à la moindre barrière ou leçon de morale je me transforme en Che Guevara, alors qui suis-je pour vouloir tenir mes filles à la baguette ? Je n’ai aucune envie qu’après une enfance de privation et de frustration elles pètent les plombs arrivées à leur indépendance et ruinent leur santé en 6 mois à coups de MacDo, de bonbons et de picole. Je communique, je verbalise, je laisse du champ libre, je suis conciliant mais ferme et je garde un cap fort et clair. Voilà, je me suis inventé capitaine de navire…

Alors, quand elles sont dans une de leur phase « boîte de conserve » je bluffe. Tel le roseau je me courbe et ne romp pas.

Les phases « boîtes de conserve », ce sont les périodes où elles se méfient comme de la peste de tout ce que je crusine maison et ne mordent que dans des aliments qui sortent d’un emballage industriel. C’est rare, mais cela arrive. Leur regard suspicieux suit tous mes mouvements en cuisine et elles ouvrent les placards à la recherche des coupables matières premières.

Et le bluffe consiste à mélanger, concilier et rendre attrayant. Toujours rendre attrayant*.

Exemples :

      • « Moi je veux des patates sautées ! ». Mine butée, regard noir. Les patates sautées, tout le monde sait que c’est délicieux. La colle qu’elles laissent dans nos tubes digestifs, elle, est moins célèbre. Mais passons, une fois de temps en temps, on peut faire honneur à la mémoire de notre Manline, ma grand-mère, qui faisait les meilleures patates sautées du monde. Son secret ? plein d’huile. Moralité, un plat abominable en perspective, vous allez me dire ? Pas tout à fait. Je prépare une sauce 100% crue – olives, noix de cajou, oignon, ail, lithotamme, dulce – et je sers le tout de façon artistique. Elles dévorent : au final, 5 ou 6 bouts de patates (hérésie !) et une bonne dose de sauce-santé (soulagement…). Même astuce avec des pâtes de sarrasin (type Soba japonaise, attention à ne pas les laisser bouillir !) et une sauce crue tomates-basilic-champignons-broccoli comme celle d’Irène, la fameuse « sauce canard » de notre dvd de recettes.
      • « Aline elle mange du saucisson moi je veux du saucisson. » Ainsi soit-il. Petit saut au magasin bio à vélo en famille (l’occasion de prendre l’air, petit détour par les champs, on joue à cache-cache, bref, faisons feu de tout bois) pour acheter de la charcuterie végétale. C’est cuit, plein d’amidon de maïs ou de pommes de terre, de sel et de sucre sans doute, mais mince à la fin, il faut bien ruser parfois. Je prépare tout un apéritif, pourquoi pas ? pour fêter l’accès à la propreté de la seconde, et je dispose des petits bouts de chorizo vegan parmi des bâtonnets de carottes, fenouil, poivrons, à tremper dans une mayonnaise maison que j’ai chargée en algues (calcium, chlorophylle), levure de bière (protéines, ferments), citron (vitamine C) – oui, je mange des oeufs, crus et de provenance durable. Les mômes se régalent, ambiance de fête, et pour finir elles mangent beaucoup plus de crudités que de saucisse vegan.

P1000307

      • Je le sers mes faux-mages et pâtés végétaux sur des biscottes de « pain des fleurs » (cuit mais sans gluten).
      • Je leur fais des sorbets explosifs (jus d’orange/citron, de grenade/pommes, etc. dans des moules à glaçons pour faire des esquimaux ou des crèmes glacées canon (purée de groseilles/framboises/myrtilles/ fraises préalablement congelées) avec une déco au miel et au chocolat fondu (même pas coupable) sur des fruits – au moment où je vous écris ces lignes, Luce, 2 ans, vient de s’enfiler 2 énormes glaces composées de… purée de noix de coco fraîche et d’avocat congelés.
      • Je transforme les salades de crudités en créations florales avec des chips de maïs – dans celle présentée ci-dessous, on trouve : des graines germées, de la tomate, de l’avocat, du poireau mariné, des feuilles de roquettes, et des chips de maïs qui rendent d’un coup l’ensemble très attrayant, je vous garantie…

P1000317

 

Alors je ne sais pas si j’ai tort ou raison, je n’affirme rien, si ce n’est que je ne crois pas qu’il faille « entrer au couvent » sous prétexte d’épouser l’alimentation vivante ; et les enfants, ce sont les rois de la géométrie variable, alors tâchons d’en prendre de la graine. Nous les grands.

 

Envie d’un moment de crusine avec Damien ?

 

* Démonstration par l’exemple quand la grande dévore une assiette de fruits assemblés (très grossièrement, mais les enfants sont particulièrement imaginatifs et tolérants dans ces situations) en forme de singe alors qu’elle refusait ces mêmes ingrédients proposés de façon informe. Le comble du bluff : des biscrus « speculoos » que j’ai de façon navrante voulu découper en étoiles avec un emporte-pièces trop petit, résultat il y avait plus de chutes que de biscrus en forme d’étoiles, mais loin de me démonter j’ai étalé ces chutes devant les filles en leur disant que c’était des animaux et nous avons laissé fonctionner notre imagination. La petite trouvait tout un tas d’animaux tout à fait improbables dans mes biscrus informes – moucherons, araignées, guépards, licornes… et loin de la détromper, je lui disais « mais oui ! » et elle enfournait, ravie… je sais, je suis machiavélique.

Facebooktwitterlinkedinyoutubevimeoinstagram

3 thoughts on “Tes enfants refusent les épinards et ne jurent que par les nouilles ?

  1. Je trouve ça génial ! Je viens de faire une sorte de glace avec des fruits congelés et du lait végétal. Au moins je peux en donner l’esprit tranquil à ma fille de 19 mois 🙂 Merci pour ces idées !

  2. Génial ton article Damien! Merci pour l’inspiration! J’ai mes ruses aussi, et des fois je lache… On discute après coup de comment ils se sentent. Les faire participer à la préparation des repas marche super bien aussi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.