DNews 34 – Smolskol

Sofia.

 

Bienvenue dans l’Union Européenne les 2 Ds !

D.2 : Merci copain.

 

Alors… heureux ?

D.2 : Emu. Les drapeaux bleus étoilés, les panneaux de circulation bordés de rouge, les panneaux d’entrée dans les communes… Les distances sont correctes ! les routes sont bonnes…

D.1 : Ouais mais il y a plus de tampon sur les passeports. C’est naze.

D.2 : La gonzesse il faut qu’elle collectionne, les visas ou les kilomètres. On a passé 2 heures en Grèce, entre la Turquie et la Bulgarie, 2 heures de route et tout ce qu’elle trouve à dire c’est « on a pas de tampon… ».

D.1 : Bon le drapeau m’a fait quelque chose, mais sinon… j’ai du mal à m’intéresser. Pas très dépaysant tout ça, plus un voyage dans le temps. La France d’il y a 30 ans, la campagne, les champs à perte de vue où l’on travaille à la main, pas d’industrie, de grandes forêts et de belles montagnes et des mares et…

D.2 : Et puis plein d’autres sentiments. La France se rapproche, je me sens déchiré entre la joie de retrouver les gens que j’aime et la crainte de ne pas trop savoir – ou de ne pas trop vouloir – me refondre dans le moule d’une vie sédentaire. Qui vivra verra.

 

Les Bulgares ?

D.2 : Ouh la. Vaste sujet.

D.1 : Plutôt sympas dans l’ensemble même si l’accueil à la Turque est loin derrière nous. Nos 2 mots de bulgare ne permettent pas d’avoir une conversation mais on utilise le langage corporel et les gens répondent à nos sourires.

D.2 : Côté langage corporel, les femmes sont calées ici. Enfin dans les villes. Dans les champs c’est toujours comme en Turquie, elles ressemblent à des sacs à motif floral. Dans les villes, c’est pin-up sur pin-up, déhanché à donner le mal de mer, poitrine gigantesque et décolleté vertigineux. Une certaine forme de langage corporel…

D.1 : Dans les campagnes on sent la timidité, ils sont impressionnés par le tandem, nous lorgnent du coin de l’œil depuis la terrasse du bar mais sont assez rares à nous approcher.

D.2 : Elément fondamental la terrasse. Enfin le bistrot. Jamais vu autant de bistrots de ma vie. Ca picole grave ici…

D.1 : Les Bulgares portent sur leurs visages les stigmates d’une vie entière passée à boire et fumer. Cigarette sur cigarette et canon sur canon. On s’est fait offrir de l’eau de vie maison, que les Bulgares boivent avec autant de légèreté que les Marseillais du Pastis…

D.2 : Punaise j’ai la tête qu’a fait 2 tours et l’estomac 3 et j’avais à peine trempé les lèvres. Et toute la soirée on me propose avec insistance « vino ? » et je refuse et refuse mais rien à faire ils comprennent pas que tu boives pas.

D.1 : Dans les campagnes ça attaque à 7 heures du matin, dimanche compris, avec le café-cognac…

 

Une hospitalité délicate à accepter/refuser ?

D.2 : Oh faut pas diaboliser. On a reçu un très chouette accueil, cette fois là en particulier à vrai dire.

D.1 : Damien avait repéré une chapelle en haut d’une colline dans les montagnes. On pensait y demander l’hospitalité mais il n’y avait personne, alors on s’est posé.

D.2 : Là-dessus débarquent 3 Bulgares en Renault 11 avec Bubamara à fond sur l’autoradio. En fait, Hélène et Georges avaient construit de leur main cette chapelle à proximité de leur village, Smolskol, et ils y venaient pour un barbecue avec des amis…

D.1 : … dont, oh ! miracle, Tanya, une journaliste et interprète franco-bulgare.

D.2 : Soirée super sympa avec toute leur bande. Bonne bouffe et bonne rigolade. On a retrouvé Tanya à Sofia où elle habite la semaine et travaille pour le 2ème plus grand journal bulgare.

 

Mmmmhhh… encore une interview à la clé pour les 2 Ds ?

D.2 : Bingo.

D.1 : Conversation à 5 en français/anglais/bulgare/espagnol… surréaliste et vivant !

 

Et Sofia ?

D.2 : Ah ! Très particulier Sofia. On avait eu un avant goût dans les campagnes du style architectural « vestige de l’ère communiste laissé à l’abandon ». Sofia c’est un burlesque mélange de superbes bâtiments rénovés de style slave et de vieilles croûtes infâmes. Palais impériaux et zones HLM décrépies, grands parcs verts et quartiers en démolition, et puis des sculptures à tout va, certaines datant des soviétiques, d’autres symbolisant leur départ, avec en commun un goût artistique vraiment à gerber, soit les grandes fresques figuratives de l’Armée Rouge menant le peuple bulgare vers la terre promise du communisme (toute cette propagande visuelle pour le Parti ça s’appelle l’art socialiste, cherchez l’erreur) soit littéralement des piles de béton et de ferraille sans aucune allure déposées ça et là comme parachutées par des extra-terrestres avec un humour cynique, par exemple le Monument de l’Etat Bulgare – tout un symbole… – qui n’est franchement rien d’autre qu’un amas hideux de trucs et de machins en ruine.

D.1 : Des magasins de luxe, des sex-shops, des boutiques miteuses et des casinos. Très contrasté. Il y a aussi des superbes édifices religieux de tous bords – synagogues, églises, la seule mosquée du pays malgré 500 ans d’occupation ottomane … Et des pin-ups, partout des pin-ups mais je veux pas revenir sur ce sujet…

D.2 : Les trams, très nombreux, ont beaucoup de charme (pour continuer dans le thème). Mais bon là on file de nouveau dans les montagnes.

D.1 : On a rendez-vous avec une yaourtière !

D.2 : Et après cap sur la Bosnie.

 

 

Message à caractère informatif

Les 5 dernières D.News sont disponibles en audio sur le site.

 

 

D.Chiffres

406 Kms de la frontière avec la Turquie jusqu’à Sofia, facile : grands espaces, peu de dénivelé, eau et bivouacs partout.

200 € = le revenu mensuel moyen bulgare

25% = augmentation des prix de la nourriture en un an en Bulgarie

2007 = entrée de la Bulgarie dans l’Europe

1 € = 1,96 Levas

5 Levas = un super bon saucisson

1,5 Levas = une tranche de pizza à Sofia

0,40 Lev = un expresso

8 millions = nombre de Bulgares

500 ans = durée de l‘occupation Ottomane (du 14ème siècle au 19ème siècle)

 

 

Morceaux Choisis

 

« On est dans l’U.E. depuis 2007. Avec notre pseudo-démocratie… On a toujours les mêmes dirigeants depuis l’ère communiste, c’est qu’aujourd’hui on les élit.»

– Tanya, interprète franco-bulgare

 

[en Allemand dans le texte]

« Vous parlez allemand ?

– Oui. Mais je suis Français.

– (à son acolyte, en bulgare) Il vient de Slovénie… »

– Un passant polyglotte…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *